Carnet Photographique
Le Yemen du Nord et le Yemen du Sud
Carnet Photographique Yemen

Après des années de rébellion contre la domination ottomane, le nord du Yémen se voit accorder l’autonomie par l’Empire ottoman lors du traité de Dahan en 1905. L’indépendance est acquise après le démantèlement de l’Empire en 1918. Les imams zaydites gouvernent de nouveau le Yémen, qu’ils maintiennent en autarcie jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. En 1945, le Yémen-du-Nord est un membre fondateur de la Ligue arabe, il entre aux Nations unies en 1947. L’année suivante, le chef de l’État, l’imam Yahya, est assassiné : son fils Ahmad lui succède. Victime d’un attentat, en 1961, il meurt l’année suivante et son fils est déposé par l’armée qui proclame la République arabe du Yémen (RAY), présidée par le colonel puis maréchal Abdullah al-Sallal.

Cette révolution provoque une guerre civile entre les royalistes, soutenus par l’Arabie saoudite et la Jordanie, et les républicains, appuyés par l’Égypte de Gamal Abdel Nasser, qui a envoyé soixante-dix mille hommes au Yémen. Un accord est conclu, en 1965, entre le président égyptien et le roi Fayçal ibn Abd al-Aziz d’Arabie saoudite pour mettre un terme au conflit, mais seule la défaite des Égyptiens lors de la guerre des Six-Jours, en 1967, entraîne leur retrait effectif du Yémen. Al-Sallal, un chiite, est alors renversé par Abdul Rahman al-Ariani, un sunnite. La réconciliation entre royalistes et républicains est scellée en 1970 sous les auspices de l’Arabie saoudite qui reconnaît officiellement la RAY. Après une période de troubles, le colonel Ali Abdullah Saleh accède au pouvoir en 1978. Il engage son pays en 1991 aux côtés de l’Irak durant la guerre du Golfe.

Le Yemen du Sud

En 1935, les Britanniques, après avoir conclu un accord avec l’imam Yahya, mettant un terme à la guérilla menée par le Nord, s’accordent avec l’Arabie saoudite sur la délimitation des frontières. À leur instigation, six émirats du Yémen-du-Sud forment, en 1958, une union, qui devient en 1962 la fédération de l’Arabie du Sud, élargie à dix-sept États de la région. En 1967, sous la pression d’un mouvement nationaliste armé, la Grande-Bretagne accorde l’indépendance au Yémen-du-Sud, qui prend le nom de République démocratique et populaire du Yémen en 1970. Le Front national de libération, marxiste, devient parti unique ; la plupart des biens appartenant aux étrangers sont nationalisés. Par ailleurs, des liens étroits sont établis avec l’Union soviétique.

Ali Abdullah Saleh
Ali Abdullah Saleh
Les différents groupes marxistes présents au Yémen-du-Sud continuent à s’opposer. Ali Nasser Mohamed, devenu président en 1980, est renversé en 1986, ce qui provoque une courte mais violente guerre civile. L’ancien Premier ministre Haydar al-Attas est élu président en octobre 1986. Il engage la démocratisation du Yémen-du-Nord à partir de 1989. "Yemen" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée