Carnet Photographique infos Suède
Institutions politiques en Jordanie
Carnet Photographique Jordanie

Selon les termes de la Constitution de 1952, la Jordanie est une monarchie parlementaire, dirigée par le roi Abdallah II depuis le 7 février 1999. Chef de l’exécutif, il est assisté d’un Premier ministre et d’un cabinet, responsable devant le Parlement.

Sans représentants palestiniens depuis 1988, la Chambre des députés jordanienne ne comprend plus que 80 membres, élus pour quatre ans au suffrage universel. Le Sénat est formé de 40 membres choisis par le roi et dont la nomination est approuvée par la Chambre des députés.
Les partis politiques et l'armée de Jordanie
Le roi de Jordanie

Les partis politiques, interdits dans les années 1960, n’en n’ont pas moins joué un rôle important lors des élections législatives, notamment en 1989, même si les candidats ne pouvaient officiellement se réclamer d’aucune formation. L’interdiction a été levée par le roi en juin 1991, rendant possible, en 1993, les premières élections pluralistes depuis 1956. Le scrutin a mis en évidence la montée des partis islamiques fondamentalistes, principaux opposants au processus de paix engagé entre Palestiniens, pays arabes et Israël ; mais il a également permis l’élection de la première femme au Parlement. Parmi les mouvements politiques jordaniens, les Frères musulmans jouent un rôle croissant.

Au début des années 2000, les forces armées jordaniennes comptaient un peu plus de 100 000 hommes, dont 90 000 dans l’armée de terre, 13 000 dans l’armée de l’air, 600 dans la marine. S’y ajoutent une réserve de 35 000 hommes et une milice civile de 200 000 hommes et femmes. En 2003, l’État a consacré 8,7 p. 100 du produit intérieur brut (PIB) aux dépenses de la défense nationale. "Jordanie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Le roi de Jordanie
Recherche personnalisée