Carnet Photographique : le Canada
Histoire de la Suisse : la remise en cause du système bancaire suisse (1995-1998)
Carnet Photographique Suisse

À partir de 1995, le système bancaire suisse se retrouve au centre d’une tourmente suscitée par les révélations sur l’attitude des banques helvétiques durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Accusée par le Sénat américain et le Congrès juif mondial d’avoir blanchi ou recelé 76 % de l’or nazi, qui provient pour partie du pillage des pays occupés et des biens des Juifs, la Suisse se voit en outre reprocher d’avoir conservé d’importantes sommes d’argent ayant appartenu aux victimes de la Shoah.

Face à la menace de boycott lancée par les banques américaines, le gouvernement fédéral décide la mise en place d’une commission d’enquête, ainsi que la création d’une fondation dotée d’un capital de 7 milliards de francs suisses devant servir à venir en aide aux victimes du génocide, mais aussi à porter secours aux misères dans le monde. Dans le même temps, la Banque nationale suisse, les grandes banques et des entreprises privées versent 280 millions de francs suisses à un fonds d’aide aux victimes de la Shoah fondé en 1996.

Le 12 août, un accord est signé entre le Congrès juif mondial, le Crédit suisse, l’Union des banques suisses et la Banque nationale suisse (cette dernière a finalement refusé de participer à l’accord). Les banques helvétiques s’engagent à verser 1,25 milliard de dollars de dédommagements aux rescapés de la Shoah.

Afin de restaurer son image sur le plan international, la Suisse décide également en avril 1998 de renforcer sa législation sur le blanchiment de l’argent, obligeant les intermédiaires financiers à signaler tout mouvement de fonds suspect, ce qui contribue un peu plus à remettre en cause le secret bancaire, pierre angulaire de son système financier.

Banque suisse
Banque suisse
"Suisse" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée