Carnet Photographique : le Canada
Roumanie et la 2nde guerre mondiale
Carnet Photographique Roumanie

Dès la défaite française de juin 1940, la Roumanie aligne sa politique intérieure sur celle des puissances de l’Axe. Prétextant la défense des gisements de pétrole contre les attaques britanniques, l’armée allemande occupe la Roumanie, dont les oléoducs sont essentiels pour l’approvisionnement du Reich en énergie. Carol II constitue un cabinet pro-allemand dont le nouveau chef de la Garde de Fer, Horia Sima, est membre.

 

En juin 1940, l’Union soviétique, en accord avec l’Allemagne, occupe la Bessarabie et le nord de la Bucovine. Le 20 août, sous la pression de l’Allemagne et de l’Italie, la Roumanie est contrainte de céder la Transylvanie septentrionale à la Hongrie. Le 7 septembre, la Dobroudja méridionale est rendue à la Bulgarie. Ces amputations suscitent la colère de la population roumaine et provoquent l’abdication du roi, totalement déconsidéré, en faveur de son fils, Michel (6 septembre 1940). Des émeutes populaires tournent au massacre.

À partir de janvier 1941, le régime devient essentiellement militaire, avec à sa tête le général Ion Antonescu.

En juin 1941, la Roumanie entre en guerre contre l’URSS, aux côtés de l’Allemagne. Les troupes roumaines occupent à nouveau la Bessarabie et la Bucovine, mais, au printemps 1944, les deux régions sont réinvesties par l’Armée rouge, qui occupe ensuite une partie de la Roumanie. Le 23 août, le roi Michel Ier, par un véritable coup d’État, limoge Antonescu qui est arrêté, et un gouvernement de coalition, le Front démocratique, est alors constitué avec des membres des Partis communiste, libéral et national paysan. La Roumanie signe l’armistice à Moscou dès le 12 septembre 1944, puis retourne les armes contre l’Allemagne.

"Roumanie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Antonescu, Ion (1882-1946)
Antonescu, Ion (1882-1946)
Recherche personnalisée