Carnet Photographique : le Canada
La République populaire roumaine
Carnet Photographique Roumanie

Après les conférences de Yalta et de Potsdam, la Roumanie, sous l’influence soviétique, évolue vers la démocratie populaire. Lors du traité de paix signé à Paris le 10 février 1947 entre la Roumanie et les Alliés, le pays est contraint de renoncer à ses droits sur la Bessarabie et la Bucovine du Nord, au profit de l’URSS, ainsi que sur la Dobroudja méridionale, au profit de la Bulgarie. La Roumanie récupère toutefois la Transylvanie septentrionale. Le paiement de réparations de guerre lui est également imposé.

 

En 1944, le Parti communiste ne constitue encore qu’une petite minorité, mais il obtient rapidement une forte représentation. Progressivement, il va acquérir les pouvoirs suprêmes. En mars 1945, sous la pression soviétique, un nouveau gouvernement de coalition est formé sous la direction de Petru Groza, chef du Front des laboureurs et sympathisant communiste. Les communistes occupent la plupart des postes clés. Dans les mois qui suivent, ils s’emploient à supprimer toute opposition. Dès août 1947, le Parti national paysan est interdit, et son chef, Iuliu Maniu, condamné à la détention à perpétuité. La militante communiste Ana Pauker entre au gouvernement en novembre 1947. Le 30 décembre 1947, le roi Michel est contraint d’abdiquer et part en exil.

Aux élections du 28 mars 1948, le Front démocratique conduit par les communistes remporte la quasi-totalité des sièges. Le mois suivant, la république populaire roumaine est proclamée et le 13 avril 1948 est adoptée une nouvelle Constitution, sur le modèle de celle de l’URSS. Plusieurs purges éliminent par la suite des dirigeants du Parti communiste, dont Ana Pauker en 1952. Petru Groza dirige le gouvernement jusqu’en 1952, date à laquelle il est remplacé par Gheorghe Gheorghiu-Dej.

Dès 1945, la Roumanie s’engage sur la voie des transformations économiques suivant le modèle soviétique. Tout au long des années 1950, le gouvernement met l’accent sur les nationalisations et le développement de l’industrie. La collectivisation des terres s’effectue à partir de 1949 et est achevée en 1962. De grands complexes sidérurgiques sont construits et l’extraction minière est considérablement développée.

Après sept années d’une exceptionnelle rigueur, cet effort est récompensé, et le pays connaît un important développement de sa production industrielle et minière. Dans les années 1960, le taux de croissance moyen de l’industrie roumaine est l’un des plus élevés d’Europe de l’Est. La production de charbon, par exemple, connaît une spectaculaire progression, passant de 3 millions de tonnes en 1938 à 20,5 millions de tonnes en 1971. Quant à la production industrielle, après avoir quintuplé entre 1938 et 1960, elle est encore multipliée par deux entre 1960 et 1970.

Jusqu’en 1962, la Roumanie aligne sa politique étrangère sur celle de l’URSS. Sous la pression soviétique, elle coopère pleinement au Kominform, au Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM), également connu sous le nom de COMECON, et, à partir de 1955, au pacte de Varsovie.

Petru Groza
Petru Groza. Wikipedia
À la mort de Gheorghiu-Dej, en 1965, Nicolae Ceauşescu devient secrétaire du parti, puis président du Conseil d’État en 1967 et, enfin, président de la République en 1974. Avec lui, la Roumanie commence à se démarquer très nettement de l’URSS. "Roumanie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée