Taiwan - Carnet Photographique

Suivez Carnet Photographique sur les réseaux sociaux

Histoire de Taiwan : les relations de Taiwan avec la Chine

Taiwan - Le voyage pour le plaisir

9/07/16

Taiwan dans les années 40

Conformément aux promesses faites par les Alliés à Jiang Jieshi (Tchang Kaï-chek) lors de la conférence du Caire en mai 1943, l’île, évacuée en septembre 1945 par les Japonais, est restituée à la Chine. La défaite des nationalistes du Guomindang face aux troupes communistes transforme la situation de Taïwan. Environ deux millions de Chinois quittent le continent pour se réfugier à Taïwan. Le 8 décembre 1949, le gouvernement nationaliste de la Chine, emmené par le général Jiang Jieshi, s’établit à Taipei. En 1951, les États-Unis reconnaissent le gouvernement de la république de Chine comme le seul gouvernement légal de la Chine. Taïwan sera alors gouvernée par le Guomindang pendant les cinquante années qui suivent. L’essor économique a sans doute épargné à Taïwan les troubles politiques qu’aurait pu entraîner l’aspect dictatorial du régime de Jiang Jieshi.

Les années 90 à Taiwan

Jiang Jieshi Source Encarta
Jiang Jieshi

La libéralisation du régime amorcée par Jiang Jingguo à partir de 1975 est poursuivie par le nouveau président Lee Tenghui, qui est un Taïwanais d’origine. Les élections générales de 1989, remportées par le Guomindang, sont les premières auxquelles peuvent participer librement les partis de l’opposition. Lee Tenghui est réélu pour un mandat de six ans en mars 1990 et pour un mandat de quatre ans en 1996, au cours des premières élections démocratiques du monde chinois. En 1991 sont élaborés un plan de restructuration du gouvernement ainsi qu’un plan à long terme en trois phases, ayant pour objectif la réunification avec la Chine continentale. En avril 1993, des représentants de la Chine et de Taïwan se rencontrent sur le territoire de la république de Singapour, où ils abordent le problème des relations entre les deux entités et mettent en place un programme de rencontres ultérieures entre les deux gouvernements. Le sommet de Singapour est le premier échange de haut niveau entre la République populaire de Chine et Taïwan depuis 1949. Si les deux partenaires sont d’accord sur le but, la réunification de la Chine, en revanche aucun des deux ne s’accorde sur les moyens d’y parvenir.

La visite du président Lee Tenghui aux États-Unis en juin 1995 entraîne une dégradation des relations entre les deux pays, qui se traduit par des exercices militaires d’intimidation de la Chine au large de Taïwan (« crise des missiles », été 1995 et mars 1996). La rétrocession de Hong Kong à la Chine, considérée par celle-ci comme un modèle applicable à la province de Taïwan, conduit le président Lee à souligner l’incompatibilité des deux systèmes politiques. Malgré ces divergences de fond sur le statut de l’île, les relations économiques entre Taïwan et la Chine ne cessent de se renforcer. En voyage officiel en Chine, Bill Clinton réaffirme la souveraineté de la Chine sur Taïwan, créant une certaine inquiétude quant au soutien américain à l’île. Koo Chen-Fu, représentant officiel du gouvernement taïwanais, rencontre le président chinois Jiang Zemin le 18 octobre 1998, afin de régler les conflits entre les deux entités.

Le 5 décembre 1998, le Guomindang remporte de nouveau les élections législatives (avec 123 sièges sur 225 au Parlement) et municipales. Opposé à une politique visant à l’indépendance de l’île vis-à-vis de la République populaire de Chine, ce parti doit son succès à la bonne tenue économique de Taïwan face à la tourmente monétaire qui a affecté les pays de l’Asie du Sud-Est. Il abandonne, en août 1999, la doctrine « Une seule Chine », tandis que Pékin réaffirme sa volonté de sauvegarder l’intégrité territoriale du pays, affirmant que « l’indépendance de Taïwan, c’est la guerre ». © "Taiwan" source .