Carnet Photographique
Histoire de Monaco : les règnes de Rainier III (1949-2005) et du prince Albert à Monaco
Carnet Photographique Principauté de Monaco

En 1949, à la mort de Louis II, son petit-fils Rainier accède au trône sous le nom de Rainier III. Il épouse en 1956 l’actrice Grace Kelly, avec laquelle il a trois enfants, Caroline, Albert et Stéphanie. L’engouement mondain suscité au cours des années 1960 et 1970 par ce mariage contribue à façonner une image irréelle de Monaco, qui alimente les gazettes. La princesse Grace se tue dans un accident de voiture en 1982.

En 1962, une crise oppose la France du général de Gaulle à Monaco, au sujet de l’imposition fiscale des Français résidant à Monaco, résolue par l’établissement d’une convention franco-monégasque (18 mai 1963) qui régit les relations entre les deux États. Avec l’octroi d’une Constitution en 1962, Rainier III transforme la principauté de droit divin en monarchie constitutionnelle. Sous son règne, Monaco subit la métamorphose d’une principauté d’opérette en un État florissant, remodelé sur le plan urbanistique, où le tourisme et le secteur bancaire sont les moteurs de l’économie. En 1993, Monaco devient membre de l’Organisation des Nations unies (ONU). En janvier 1997, le 700e anniversaire de la monarchie est célébré et, en 1999, le 40e anniversaire de l’accession au trône de Rainier III. En avril 1999, la principauté accueille le sommet de la Francophonie, à l’issue duquel est adoptée la « Déclaration de Monaco » sur la construction d’un espace de coopération économique francophone.

Soupçonné d’être un paradis fiscal, Monaco est mis en cause dans plusieurs rapports parlementaires français (1994 et 2000), qui soulèvent la question du blanchiment des capitaux, dans la mesure où l’anonymat bancaire est garanti sur le Rocher. Cette situation est susceptible d’évoluer vers plus de transparence avec l’adhésion de Monaco au Conseil de l’Europe en 2004.
Albert II de Monaco

À la mort de Rainier III, en mars 2005, son fils Albert lui succède sous le titre d’Albert II. Il est officiellement intronisé le 19 novembre 2005, jour de la fête nationale monégasque. La visite qu’il effectue en France quelques jours auparavant débouche sur la signature d’un traité stipulant que le prince a désormais la possibilité de nommer la personne de son choix au poste de ministre d’État (et non plus obligatoirement un Français choisi sur une liste de trois noms proposées par le gouvernement français). Entouré d’une nouvelle équipe de quadragénaires issus du monde de l’entreprise, il s’attache à donner à Monaco une impulsion novatrice et moderne, fondée sur la transparence.

"Monaco" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Le prince Albert II de Monaco
Le prince Albert II de Monaco
Recherche personnalisée