Carnet Photographique la Malaisie
Histoire du Nicaragua : Le régime sandiniste de Daniel Ortega (1979-1990)
Carnet Photographique Nicaragua

La population soutient largement les sandinistes qui ont mis à bas une dictature ayant fait 50 000 morts. Le FSLN met en place le 20 juillet 1979 un gouvernement de Reconstruction nationale qui comprend cinq membres dont Daniel Ortega et Violeta Chamorro, la veuve du journaliste assassiné en 1978 ; opposée à l’orientation marxiste prise par le nouveau régime, elle démissionne moins d’un an plus tard.

Les sandinistes élaborent un programme économique d’inspiration socialiste comprenant notamment des nationalisations d’entreprises et une réforme agraire et tentent d’améliorer la société par une campagne d’alphabétisation et en développant l’accès aux soins et à l’enseignement. La Constitution de 1974 est suspendue. Inquiet de voir les nouveaux dirigeants nicaraguayens aider les rebelles marxistes au Salvador et craignant l’influence cubaine et soviétique, le gouvernement américain de Ronald Reagan suspend son aide économique en 1981 et finance l’opposition des contras qui lancent leurs premières attaques à partir de 1983, puis impose au pays à partir de mai 1985 un embargo commercial qui le pénalise sévèrement.

Des dirigeants sandinistes, comme le « commandant Zéro » (Edén Pastora), reprennent les armes, refusant la politique de soviétisation de l’économie du pays et la politique de coercition vis-à-vis des indiens Miskito. Dirigés par Broocklyn Rivera et Steadman Fagoth, les Miskito déclenchent, avec l’appui des États-Unis, une guérilla qui s’avère très coûteuse pour les sandinistes.

Daniel Ortega est élu à la tête du pays pour six ans en novembre 1984 avec 67 p. 100 des suffrages, la participation s’élevant à 79 p. 100. Une nouvelle Constitution est promulguée le 9 janvier 1987. À la faveur des négociations engagées sous l’égide du président costaricain Óscar Arias Sánchez en 1987 entre sandinistes et contras, un accord de cessez-le-feu est obtenu en mars 1988 et le gouvernement sandiniste consent à organiser des élections libres en 1990 en contrepartie du désarmement des contras.Après huit années de guerre, dans un contexte désastreux du point de vue économique, un véritable processus de paix s’engage à la fin des années 1990 (création d’une commission de réconciliation nationale, libération des prisonniers politiques, accord de cessez-le-feu avec les Indiens Miskitos, rétablissement de la liberté de la presse…).

Daniel Ortega
Daniel Ortega
"Nicaragua" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée