Carnet Photographique : le Canada
Le régime de Ceauşescu en Roumanie
Carnet Photographique Roumanie

Ceauşescu oriente son pays vers un communisme « national » et mène une politique étrangère indépendante et radicalement différente de celle de l’URSS. La Roumanie est la première démocratie populaire à établir des relations diplomatiques avec l’Allemagne de l’Ouest (1967). C’est également le seul pays communiste à maintenir ses relations avec Israël après la guerre des Six-Jours (1967). En 1968, la Roumanie dénonce l’intervention des forces du pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie.

 

Elle adopte même une position fortement antisoviétique. Elle entretient, contre l’avis de Moscou, des relations étroites avec la Chine populaire, et, en 1971, Ceauşescu se rend à Pékin.

Persistant dans une politique étrangère de non-alignement, malgré la désapprobation du bloc soviétique, la Roumanie multiplie activement ses contacts avec l’Occident. Après la visite du président des États-Unis Richard Nixon, en 1969, le président Ceauşescu se rend à plusieurs reprises en Amérique du Nord et dans les capitales européennes. En 1972, la Roumanie adhère au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale (voir Banque internationale pour la reconstruction et le développement). En 1980, elle désapprouve l’invasion de l’Afghanistan par les troupes soviétiques.

Dans le pays, Ceauşescu établit un régime dictatorial. Pragmatique en politique étrangère, il s’oppose obstinément aux concepts de glasnost et de perestroïka de Gorbatchev, et fait respecter, avec une extrême rigueur, l’orthodoxie communiste sur le plan intérieur : la Roumanie demeure l’un des pays les plus retardés et les plus répressifs du bloc de l’Est.

Dans les années 1980, Ceauşescu privilégie le remboursement de la dette extérieure du pays sur le niveau de vie des Roumains. Le ressentiment du peuple à son égard s’amplifie avec l’annonce, en 1988, d’un programme de repeuplement forcé prévoyant la démolition de près de 8 000 villages, le relogement des travailleurs agricoles et de leurs familles dans des tours en béton, et l’édification de monuments grandioses et peu réalistes à la gloire du régime et de son dirigeant, le Conducator.

Nicolae Ceau?escu
Nicolae Ceauşescu. Encarta
"Roumanie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée