Carnet Photographique infos Suède
Histoire de la Hongrie : le printemps des peuples et ses conséquences
Carnet Photographique Hongrie

La Révolution française a pour conséquence indirecte d’insuffler un renouveau au nationalisme magyar. Le mouvement libéral, dirigé par des hommes tels que le comte István Széchenyi, József Eötvös, Ferenc Deák, Lajos Kossuth et Lajos Batthyány, s’accompagne d’une grande effervescence littéraire. L’égalité devant la loi et devant l’impôt, ainsi que la fin des privilèges sont parmi les principales revendications des libéraux. Ces derniers remportent une victoire décisive aux élections de la Diète en 1847 et, sous la pression populaire, l’Autriche autorise la constitution d’un gouvernement dirigé par le comte Batthyány au poste de Premier ministre.

En mars 1848, l’autonomie de la Hongrie est proclamée unilatéralement. Le nationalisme magyar, partiellement affirmé dans un décret faisant du hongrois la langue officielle de l’État, écrase rapidement la population non magyare. Cela suscite la rébellion des Roumains et des Croates, qui, encouragés par Vienne, lèvent des troupes et attaquent la Hongrie. Lajos Kossuth prend la tête d’un Comité de défense nationale et repousse les Croates.

La contre-attaque autrichienne qui porte les troupes de l’empereur à Pest au début de 1849 est repoussée au printemps suivant. Le 14 avril 1849, le Parlement proclame la déchéance des Habsbourg et nomme Kossuth à la tête de l’État. Allié au tsar Nicolas Ier, l’empereur François-Joseph Ier passe de nouveau à l’attaque. Les Hongrois sont écrasés le 14 août. Le 6 octobre, Batthyány et 13 autres chefs révolutionnaires sont exécutés, et bientôt l’Autriche réaffirme sa prééminence, imposant la langue allemande et un pouvoir centralisé qui doit durer plus de dix ans.

Après la défaite autrichienne de 1859 dans la guerre de libération italienne, le régime impérial connaît une série de revers diplomatiques et militaires. François-Joseph doit adopter une attitude plus conciliante à l’égard de ses sujets hongrois.

Le nationalisme hongrois, fermement défendu par Ferenc Deák, se raffermit. En 1865, le gouvernement impérial ratifie l’ébauche d’une nouvelle Constitution pour la nation magyare. Avant que le texte ne puisse être finalisé, la Prusse vainc l’Autriche dans la guerre de Sept Semaines, renforçant considérablement la position hongroise. Selon les termes du compromis finalement adopté en mars 1867, l’Autriche et la Hongrie deviennent deux monarchies sous une seule couronne. La Constitution garantit à la Hongrie la souveraineté de ses affaires internes et la parité avec l’Autriche dans la gestion de la défense nationale et des affaires étrangères notamment. Le 8 juin 1867, l’empereur François-Joseph est couronné roi de Hongrie. La double monarchie de l’Empire austro-hongrois vit jusqu’à la défaite des Puissances centrales au cours de la Première Guerre mondiale.

Lajos Kossuth
Lajos Kossuth
"Hongrie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés
Recherche personnalisée