Carnet Photographique infos Suède
Pétra en Jordanie
Carnet Photographique Jordanie

Pétra, cité antique d’Arabie, dans ce qui est aujourd’hui le sud-ouest de la Jordanie, juste à l’ouest du village de Wadi Musa (la vallée de Moïse). Entre le ive siècle av. J.-C. et le iie siècle apr. J.-C., elle fut la capitale des Nabatéens, une peuplade arabe. Appelée Séla dans la Bible, elle était située dans le pays d’Édom, entre la mer Morte et le golfe d’Aqaba, près de l’intersection des grandes routes de caravanes de Gaza sur la mer Méditerranée, de Damas, d’Eilat sur la mer Rouge et du golfe Persique.

Pétra
Pétra en Jordanie

Les Romains s’en emparèrent en 106 apr. J.-C. et en firent une partie de la province romaine d’Arabie Pétrée. La cité continua de prospérer aux iie et iiie siècles, mais ensuite, lorsque la cité rivale de Palmyre s’empara de presque tout le trafic commercial de Pétra, cette dernière déclina. Elle fut conquise par les musulmans au viie siècle et prise par les croisés au xiie siècle ; elle tomba progressivement en ruines.

Le site de l’antique cité fut redécouvert en 1812 par l’explorateur suisse Johann Burckhardt.
Le site de Pétra. Source Encarta
Forteresse inexpugnable, remarquable pour son insigne beauté naturelle et la magnificence de ses monuments, on s’en approche par un défilé bordé de falaises, qui n’a par endroits que 3,7 m de large. Dans la ville se trouvent d’antiques monuments taillés dans la pierre, dont les plus fameux sont le Khaznah al-Faraun, un temple appelé également le Trésor des Pharaons, et un théâtre semi-circulaire d’une capacité de 3 000 places assises. Tout le long des montagnes qui dominent la vallée se trouvent des rangées de tombes taillées dans la roche. Les ruines de Pétra sont un témoignage éloquent de sa puissance, de sa richesse et de sa culture passées. "Jordanie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée