Carnet Photographique infos Suède
Les papes à Avignon
Carnet Photographique France

Avignon doit sa célébrité, et l'essentiel de sa physionomie, au séjour qu'y fit la papauté au XIVe siècle. De 1309 à 1367 (ou 1403 si l'on compte les papes du Grand Schisme), la ville devint la capitale de la Chrétienté, principalement à cause de l'insécurité politique de Rome et de l'Italie d'alors. Papes français, les neuf papes d'Avignon se plurent sur les bords du Rhône, mais ils donnèrent toujours la priorité à la reconquête de leur pouvoir temporel en Italie. Dans des circonstances défavorables, ils surent, en excellents juristes, augmenter leur pouvoir en faisant de leur curie l'instrument d'une centralisation rigoureuse que favorisait l'heureuse situation géographique d'Avignon. Mais cette évolution, loin de résoudre le problème constitutionnel dans l'Église, l'aggrava bien plutôt, comme en témoigne le Grand Schisme ; elle aggrava aussi l'enlisement de l'Église dans les affaires temporelles : la « réforme dans la tête et les membres », réclamée au concile de Vienne, resta lettre morte. Sans doute était-il vain de l'attendre d'abord de réformes administratives.

Lorsque Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux, est élu pape en 1305, il se fait couronner à Lyon, sur le chemin de l'Italie, avec l'espoir de réconcilier dans cette ville d'Empire les rois de France et d'Angleterre, en guerre au sujet de l'Aquitaine. La poursuite de cet objectif, condition d'une croisade efficace en Orient, et surtout ses démêlés avec Philippe le Bel ne permettront pas à Clément V de rejoindre Rome. Il doit d'abord dissuader le roi de France de poursuivre le procès en hérésie qu'il a intenté à la mémoire de Boniface VIII, puis il tente de faire face, par le concile de Vienne (1311-1312), à l'affaire des Templiers dont le roi a décidé la perte. Comme la plupart des cours de l'époque, la curie pontificale mène d'abord la vie itinérante de son maître, en Limousin et en Aquitaine.

Cependant, à partir de mars 1309, pour plus d'indépendance, le pape se fixe au couvent des dominicains d'Avignon : la ville appartient à l'un de ses vassaux, le comte de Provence, et de plus elle jouxte le Comtat Venaissin, possession du Saint-Siège depuis le XIIIe siècle. Le concile de Vienne terminé, l'Italie est de nouveau à feu et à sang, du fait de l'expédition de l'empereur Henri VII : Clément V ne peut s'y rendre ; d'ailleurs, il est désormais trop malade pour cela. Aux yeux des contemporains, cet exil n'eut rien d'extraordinaire : on a pu calculer en effet que, de 1100 à 1304, les papes avaient résidé seulement quatre-vingt-deux ans durant à Rome mêmes. Source Encyclopedia Universalis

Palais d'Avignon
Le palais d'Avignon. Encarta
Recherche personnalisée