Carnet Photographique infos Suède
Histoire de la Hongrie : la menace ottomane
Carnet Photographique Hongrie

La mort d’André III, en 1301, met fin à la dynastie des Árpád. Les Anjou de Naples, soutenus par le pape, accèdent au trône de Hongrie en 1308 : Charles-Robert d’Anjou est couronné sous le nom de Charles Ier. Durant son règne (1308-1342), il rétablit l’ordre, limite le pouvoir de la noblesse et consolide le pouvoir royal. Il fait de nombreuses acquisitions territoriales, dont la Bosnie et une partie de la Serbie. Grâce à son mariage avec Élisabeth, la sœur de Casimir III, roi de Pologne, il assure la succession de son fils Louis au trône polonais. Le règne de Louis Ier (1342-1382) fait de la Hongrie l’un des plus grands royaumes d’Europe. L’héritage polonais, les guerres de conquête victorieuses contre Venise, les nombreuses réformes administratives agrandissent le royaume, infléchissent le pouvoir des seigneurs féodaux et favorisent les activités économiques.

Mais à la fin de son règne, les Ottomans, progressant régulièrement vers la péninsule Balkanique, établissent leur suzeraineté sur plusieurs des provinces hongroises du Sud. Son successeur, Sigismond de Luxembourg (de 1387 à 1437), entreprend une croisade contre les Turcs mais est sévèrement battu en 1396, à Nicopolis. Les défaites contre Venise et les luttes contre les seigneurs et réformateurs hussites, que Sigismond, devenu empereur en 1411, persécute sans rémission, achèvent d’affaiblir le pouvoir. En 1439, à la mort d’Albert II, le successeur de Sigismond, le trône est l’objet d’une âpre lutte. La Hongrie, menacée par les Turcs à ses frontières, est sauvée de la destruction grâce à la résistance des provinces du Sud, organisée par le gouverneur János Hunyadi, qui devient régent.

Son fils, Mathias Corvin, est élu roi en 1458, malgré la forte opposition des partisans de l’empereur Frédéric III. Le nouveau monarque met en place plusieurs grandes réformes administratives, crée une armée et développe la nation sur le plan commercial et culturel. Grand chef militaire, il prend le contrôle de l’Autriche aux dépens des Habsbourg dans les années 1480 et installe sa résidence à Vienne. Ces dispositions auxquelles s’ajoutent de nouvelles acquisitions territoriales, dont la Moravie, la Silésie et la Lusace, font, pour un temps, de la Hongrie le plus puissant royaume d’Europe centrale. À la mort de Mathias Corvin en 1490, les luttes de pouvoir et les conflits internes s’exacerbent, à l’exemple de la violente rébellion paysanne, dirigée par György Dozsa, qui est durement réprimée en 1514. Le chaos politique s’intensifie au cours des deux premières décennies du xvie siècle, rendant la nation incapable de se défendre contre ses ennemis extérieurs.
Janos Hunyadi
Janos Hunyadi
En août 1521, une armée turque conduite par le sultan Soliman prend Belgrade et Šabac (en Serbie actuelle), les places fortes du sud du royaume. En 1526, Soliman écrase l’armée hongroise lors de la bataille de Mohács, où périssent le roi Louis II et plus de 20 000 de ses hommes. Buda est mise à sac en septembre 1526, puis les Turcs se retirent de Hongrie. "Hongrie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés
Recherche personnalisée