Carnet Photographique : le Canada
Les institutions du sultanat d'Oman
Carnet Photographique Oman

Le pays est gouverné selon les préceptes ancestraux de l'islam. À sa tête se trouve un sultan qui gouverne en consultant un conseil composé des membres des tribus représentatives du pays (Conseil consultatif). Ce système, au sein duquel la prise de décision est collégiale et consensuelle, est celui d'une monarchie absolue, mais il permet à Oman d'être l'un des États les plus stables de la péninsule Arabique.

Le système judiciaire est également fondé sur la loi islamique. Le sultanat n'échappe pas cependant à la contestation islamiste. Le sultan mène une politique de réforme et de modernisation des institutions. Ainsi en juin 1997 a été promulgué pour la première fois un code du statut personnel fixant les devoirs de l'individu au sein de la famille et du corps social. Un Conseil d'État auquel a été assigné une mission d'élaboration du corpus législatif et un Conseil de l'Oman (réunissant le Conseil d'État et le Conseil Consultatif) ont été par ailleurs créés, de même qu'une Cour suprême. Le 16 décembre 1997 a vu la séparation des ministères de la Justice et des Affaires religieuses. Parallèlement, des mesures destinées à favoriser la participation des femmes à la vie du pays ont été prises.

Les dépenses de la défense ont considérablement augmenté depuis la guerre du Golfe durant laquelle le sultanat faisait discrètement partie de la coalition anti-irakienne. En effet, le sultanat a traditionnellement une position modérée au sein du monde arabe. Il n'est pas un acteur régional à l'instar de son voisin saoudien et encore moins un acteur international. Ses forces armées comprennentplus de 40 000 hommes et le budget militaire représentait 15,6 p. 100 du produit national brut en 1997.

"Oman" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Le sultan d'Oman

Le sultan d'Oman
Recherche personnalisée