Carnet Photographique : le Canada
Le Népal contemporain et l’instabilité politique du régime
Carnet Photographique Népal

Le 6 avril 1990, une grande manifestation rassemblant 200 000 personnes et appelée par le parti du Congrès et les communistes est réprimée dans le sang (on dénombre une cinquantaine de morts). Le roi est contraint de céder aux revendications et autorise les partis politiques. Un gouvernement de coalition est formé en avril sous la conduite de Krishna Prasad Bhattarai (dont l’opposition au régime lui a valu en son temps quatorze ans de prison). En mai 1991, le parti du Congrès gagne les premières élections multipartites organisées depuis trente-deux ans. Le secrétaire général du parti, Girija Prasad Koirala, frère de B. P. Koirala, mort en 1983, est nommé Premier ministre. À partir de 1994 commence une période instable où se succèdent démissions des Premiers ministres (régulièrement mis en minorité), dissolutions du Parlement et élections anticipées.

En juillet 1994, G. P. Koirala quitte le gouvernement. De nouvelles élections ont lieu en novembre et donnent 88 sièges au Parti communiste unifié (PCU) contre 83 au parti du Congrès. Toutefois, le nouveau Premier ministre Man Mohan Adhikari — à la tête du premier gouvernement communiste de l’histoire du Népal — obtient un vote de confiance de l’opposition.

Il lance une vaste campagne de développement, accordant d’importantes ressources à chaque communauté villageoise. Il s’emploie par ailleurs à rassurer l’Inde et obtient, en février 1995, la renégociation du traité de libre circulation des marchandises. Le 13 juin, le roi prononce une nouvelle dissolution du Parlement. À l’issue des élections, le leader du parti du Congrès, Sher Bahadur Deuba, est nommé chef du gouvernement, poste dont il démissionne en mars 1997. C’est au tour de Lokendra Bahadur Chand de former une coalition dominée par le parti du Congrès et les marxistes-léninistes. Le Népal lance alors une politique de libéralisation de l’économie, dans l’espoir d’attirer les investisseurs étrangers, et signe en septembre 1997 un accord pour la construction de nouveaux barrages hydroélectriques.

En 1998, G. P. Koirala, ancien secrétaire général du parti du Congrès (PCN), est à nouveau Premier ministre, succédant à Surya Bahadur Thapa. Les élections législatives de mai 1999 confirment la victoire du parti du Congrès. Le roi Birenda désigne le secrétaire général du PCN, Krishna Prasad Bhattarai, pour succéder à G. P. Koirala au poste de Premier ministre. Dès son accession au pouvoir, le parti s’est donné pour mission première de faire cesser les affrontements avec les rebelles maoïstes, qui ont fait 1 260 morts depuis 1995, selon un bilan des autorités. Mais, en mars 2000, une motion de censure est déposée contre le cabinet de Krishna Prasad Bhattarai. Son gouvernement chute, et Girija Prasad Koirala est rappelé au poste de Premier ministre pour la troisième fois.

"Népal" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Man Mohan Adhikari

Man Mohan Adhikari
Recherche personnalisée