Carnet Photographique : le Canada
L'instabilité politique aux Comores
Carnet Photographique Comores

Depuis l’indépendance, proclamée unilatéralement en 1975 par Ahmed Abdallah, la vie politique, dominée par les Anjouanais, a été constamment marquée par des coups d’État et par l’intervention de mercenaires étrangers, menés notamment par le Français Bob Denard. En 1989, le président Abdallah est assassiné en présence des mercenaires qui l’avaient réinstallé au pouvoir en 1978. En 1990, des élections générales portent à la tête de l’État Saïd Mohamed Djohar.

En 1992, une nouvelle Constitution, instaurant un Parlement fédéral bicaméral, est promulguée. En septembre 1995, le président Djohar est renversé par les mercenaires de Denard. Libéré par une intervention de l’armée française, il doit s’exiler à la Réunion, tandis que le Premier ministre Caabi el-Yachroutu constitue un nouveau gouvernement, aussitôt désavoué par le président en exil. En mars 1996, une élection présidentielle est organisée avec le soutien de la France. Le nouveau chef de l’État, Mohammed Taki Abdul Karim, annonce une réforme de la Constitution. Votée en octobre 1996, la nouvelle Constitution établit l’islam comme religion d’État et accroît fortement les pouvoirs présidentiels.

Les élections législatives de décembre 1996 sont boycottées par la plupart des partis d’opposition et donnent une écrasante majorité à l’Assemblée nationale au Rassemblement national pour le développement (RND) du président Mohammed Taki Abdul Karim. Après la mort de ce dernier en 1998, les Comores connaissent une instabilité politique qui conduit en 1999 à un coup d’État mené par le colonel Azali Assoumani.

"Comores" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Ahmed Abdallah
Ahmed Abdallah
Recherche personnalisée