Carnet Photographque : la roumanie
Histoire de l'Argentine : l’instabilité politique (1955-1973)
Carnet Photographique Argentine

Le chef des insurgés, le général Eduardo Leonardi, ne reste pas président plus de deux mois malgré sa promesse d’instaurer un gouvernement démocratique. Il est à son tour renversé par un autre général, Pedro Eugenio Aramburu, qui annule la Constitution de 1949 et rétablit la charte libérale de 1853 ; celle-ci ne permet pas à un président de se succéder à lui-même. Une révolte péroniste est étouffée en juin 1956. Par la suite, plusieurs dizaines de personnes sont emprisonnées, accusées d’avoir monté un coup d’État contre le nouveau régime.

Les péronistes, dont le parti a été interdit, restent cependant assez populaires. Des élections visant à former une Assemblée constituante se déroulent en juillet.

Le Parti radical, modéré, dirigé par Ricardo Balbín, remporte la majorité des suffrages, suivi de près par le Parti radical intransigeant d’Arturo Frondizi, de gauche modérée. Les péronistes reçoivent l’instruction d’opter pour le vote blanc. Également préconisés par d’autres mouvements, les bulletins blancs sont plus nombreux que les résultats de chacun des partis et constituent environ un quart du total des suffrages.

Lors des élections générales qui ont lieu en février 1958, Frondizi remporte la présidence, avec le soutien des péronistes et des communistes, et son Parti radical intransigeant remporte la majorité au Congrès. En dépit de l’agitation ouvrière et de l’augmentation continue du coût de la vie, une certaine stabilité économique est atteinte au début de l’année 1959, grâce aux crédits accordés par l’étranger.

L’adhésion de l’Argentine à l’Association latino-américaine de libre commerce, fondée en 1960, contribue à développer ses échanges avec les pays de la région, de 1960 à 1980.

La popularité de Frondizi s’effrite considérablement pendant l’année 1961. En mars 1962, les péronistes, à nouveau autorisés à participer aux élections, réunissent 35 % des voix ; ils réalisent également de bons scores aux élections de 1965 et de 1966. En juillet 1963, de nouvelles élections marquent la victoire d’un modéré du Parti radical du peuple, Arturo Illía. Le nouveau président annonce un plan de redressement national et de réglementation des investissements étrangers et s’efforce d’enrayer la hausse des prix, les pénuries et l’agitation ouvrière, ceci en fixant les prix et en instituant un salaire minimum.

"Argentine" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés

Eduardo Leonardi
Eduardo Leonardi
Recherche personnalisée