Carnet Photographique infos Suède
L'art français : l'influence italienne
Carnet Photographique France

Le séjour en Italie, destiné à se former au contact des grandes œuvres, est désormais une étape indispensable dans la carrière des artistes français. Aussi, le peintre Simon Vouet y demeure quatorze ans et s'y imprègne d'un nouveau style, le baroque. De retour à Paris, il devient rapidement l'un des peintres les plus en vue, réalisant des tableaux religieux à caractère décoratif, comme ceux — aujourd’hui détruits — de l'hôtel Séguier, à Paris (1638-1649). Sa domination artistique est brièvement ébranlée entre 1640 et 1642, lorsque Nicolas Poussin revient d'Italie où il séjournait depuis 1624. Puis, fin 1642, Poussin repart pour l'Italie où il passera le reste de sa vie.

Malgré cette expatriation, Poussin, dont l'influence perdure jusqu'au XXe siècle, représente en peinture la quintessence de l'esprit classique français. Fortement inspiré par l'Antiquité pour ses sujets et son esthétique, il exécute des œuvres d’une grande noblesse, caractérisées par un calme, une amplitude et un équilibre profonds. Ses thèmes sont essentiellement religieux et mythologiques, mais l’espace, la lumière, le corps humain et le paysage tiennent dans sa peinture le véritable premier rôle. Sa peinture Bergers d’Arcadie (v. 1650, musée du Louvre) est particulièrement remarquable et fait état d'une emprise accrue de l'émotion sur l'intellect et de la couleur sur la composition géométrique, caractéristiques de la dernière partie de son œuvre.

Á l'instar de Poussin, Claude Gellée dit le Lorrain, autre peintre paysagiste, passe l’essentiel de son temps en Italie. Il y arrive en 1613 et séjourne à Rome jusqu'à sa mort, à l'exception d'un bref retour dans sa ville natale de Nancy en 1625-1627. Bien qu'également influencés par l'Antiquité, les paysages du Lorrain, souvent peuplés de petits personnages bibliques ou mythologiques, ont un rendu très différent de ceux de Poussin : la lumière oblique de l’aube ou du soir, les architectures idéales et les scènes pastorales ou sylvestres suscitent des images d’une grande douceur, aux harmonies émouvantes, comme la Vue d’un pont à l’aube conservée au musée du Louvre. On peut considérer le Lorrain, chez qui la forme humaine se perd dans l'immensité de la nature, comme un précurseur du sentiment romantique.

Le peintre Nicolas Poussin
Nicolas Poussin. Photo E. Buchot
"français, art" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés
Recherche personnalisée