Carnet Photographique infos Suède
Industrie en Roumanie
Carnet Photographique Roumanie

En 2006, le secteur secondaire produisait 37,90 p. 100 du PIB et employait 30,30 p. 100 de la population active en 2005. Les principales ressources minérales sont le pétrole (zone subcarpatique) avec 42,5 millions de barils en 2004, le gaz naturel (Transylvanie) avec 12,3 milliards de m3 en 2003 (voir gaz combustibles), le charbon (Carpates), la lignite, le minerai de fer (Carpates méridionales), le cuivre, la bauxite, le plomb, le sel (Carpates) et le zinc. Le nord de la Transylvanie abrite à Rosia Montana le deuxième gisement d’or le plus important au monde, mais son exploitation soulève des controverses. Au début des années 1980, de nouveaux gisements de pétrole ont été découverts dans la mer Noire et les réserves roumaines sont les plus importantes de l’Europe centrale et orientale. Le plus grand centre pétrolier est Ploieşti.

En 2003, la Roumanie produisait 51,7 milliards de kilowattheures d’électricité, essentiellement d’origine thermique et dans une moindre mesure d’origine hydraulique. La plus grande installation hydroélectrique se situe aux Portes de Fer, sur le Danube. Elle est exploitée conjointement avec la Serbie et le Monténégro. En 1991, cinq réacteurs nucléaires (voir énergie nucléaire) à usage civil ont été construits. La centrale nucléaire de Cernavoda a été inaugurée en 1996. En 2003, la production d’électricité d’origine nucléaire atteignait 4,5 milliards de kilowattheures. L’industrie, et en particulier l’industrie lourde, domine toujours l’économie du pays avec les industries du pétrole, les industries mécaniques, la chimie de base, la métallurgie et la sidérurgie.

Cette dernière est implantée dans les combinats de Hunedoara, de Reşita, de Galaţi et de Calaraşi. La production d’acier, qui atteignait plus de 13,9 millions de t à la fin des années 1980, a fortement chuté. Sidérurgie et métallurgie servent de base aux industries d’équipement : matériel de forage (Ploieşti), tracteurs et machines agricoles (Braşov, Bucarest), matériel ferroviaire (locomotives à Craiova), machines-outils (Timişoara) et construction automobile. L’industrie chimique est diversifiée et disséminée : raffinage pétrolier, pétrochimie (Ploieşti), soude, acide sulfurique, engrais chimiques et produits pharmaceutiques (Bucarest, Iaşi).

La ville de Bucarest
Bucarest en Roumanie. Encarta
De grandes incertitudes pèsent sur le devenir de ces grosses entreprises, qui sont souvent vétustes, faiblement spécialisées et peu intégrées dans les circuits internationaux. Des secteurs entiers de l’industrie lourde semblent aujourd’hui condamnés. Les autres secteurs sont l’industrie du bois (cellulose, pâte à papier), le textile (coton, soie, laine), la confection (Craiova), l’agroalimentaire, les industries électrique et électrotechnique (téléviseurs). Les principaux centres industriels sont Bucarest (15 p. 100 de la production nationale) et Braşov, ainsi que les grandes villes des plaines (Craiova, Iaşi) et des bassins miniers (Reşita, Petroşeni), pétrolifère (Ploieşti) et de gaz (Cluj-Napoca). "Roumanie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés
Recherche personnalisée