Carnet Photographique infos Suède
Histoire serbe : l'indépendance de la Serbie
Carnet Photographique Serbie

Le mouvement national est trop fort pour se contenter d’une semi-indépendance. Au cours de la guerre russo-turque de 1877-1878, la Serbie se rapproche de la Russie au sein d’un mouvement panslaviste dont l’ambition est de chasser définitivement les Turcs des Balkans. Ce mouvement s’accompagne d’une réforme linguistique à l’origine de la langue serbo-croate. En 1878, le congrès de Berlin reconnaît l’indépendance serbe, mais le pays reste dans les faits soumis à l’Empire austro-hongrois.

En 1882, Milan Obrénovitch (1868-1889), soutenu par les Autrichiens, est proclamé roi, puis en 1885, il déclare la guerre à la Bulgarie en pleine unification, qu’il entend soumettre en même temps que la Roumélie orientale. Les Serbes sont rapidement mis en déroute, mais sauvés d’une défaite complète grâce à l’intervention in extremis de l’Autriche.

Alexandre Ier Obrénovitch succède à son père sous le contrôle d’un régent et règne à partir de 1893. Autoritaire, comme le prouve la Constitution de 1901, à la tête d’un pouvoir corrompu, le roi, devenu extrêmement impopulaire, est assassiné en 1903 par la Main noire, une société secrète regroupant des officiers. Le Parlement serbe choisit alors Pierre Karageorgévitch (fils d’Alexandre Karageorgévitch) pour roi.

Pierre Ier, instigateur d’un régime démocratique, se montre plus ferme que ses prédécesseurs avec l’Autriche-Hongrie. Appuyée par la Russie, toujours intéressée par une progression vers le sud et vers la mer, la Serbie affronte d’abord les Habsbourg sur le terrain d’une guerre douanière, entre 1905 et 1907, qui vise le blocus de marchandises serbes à l’importation.

L’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie, en 1908, ne fait qu’aggraver les relations tendues entre les deux États. En 1912 et 1913, la Serbie prend une part active aux guerres balkaniques qui mettent fin aux possessions turques en Europe. Ce conflit renforce le prestige de la Serbie, lui donnant un véritable statut de puissance régionale ; elle reçoit une partie du Sandjak (« préfecture ») de Novi Pazar et le Kosovo-Metohija, puis, en 1913, s’empare de la quasi-totalité de la Macédoine. Les relations sont déjà très tendues entre la Serbie et l’Autriche-Hongrie lorsque, le 28 juin 1914, l’héritier du trône des Habsbourg, l’archiduc François-Ferdinand, et son épouse sont assassinés par un nationaliste serbe, Gavrilo Princip, à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine. Le gouvernement autrichien, tenant la Serbie pour responsable, lui déclare la guerre et l’envahit en août, déclenchant la Première Guerre mondiale par le jeu des alliances, qui précipite immédiatement les grandes puissances européennes dans le conflit.

Un soldat serbe pendant la 1ère guerre mondiale
Soldat serbe
Les Serbes repoussent l’invasion jusqu’en octobre 1915, date à laquelle les renforts allemands et l’attaque des Bulgares alliés aux Empires centraux provoquent l’effondrement du front. En décembre, le pays est occupé ; le gouvernement serbe trouve refuge sur l’île grecque de Corfou en 1916. "Serbie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés
Recherche personnalisée