Carnet Photographique infos Suède
Histoire de Tours
Carnet Photographique France

L’ancien village gaulois des Turons est conquis par Rome et renommé Altinos, puis Caesarodunum. Christianisée vers l’an 250, la cité devient le siège d’un important évêché et archevêché. Au Ve siècle, elle reçoit le nom de civitas Turonum, c’est-à-dire ville des Turons, à l’origine de son appellation actuelle.

Caesarodunum est fondée au Ier siècle de notre ère et connaît des phases de prospérité (IIe siècle) puis de déclin (IIIe siècle). Son site initial s'établit sur une butte insubmersible au cœur de la plaine de confluence entre Loire et Cher. Au IVe siècle, la cité des Turones vit, repliée dans son enceinte, de ses fonctions administratives de capitale de la IIIe Lyonnaise. À la fin de ce siècle, saint Martin, évêque de Tours, fonde, à quelques kilomètres, l'abbaye de Marmoutier, qui abrite, après sa mort, ses reliques et devient un important lieu de pèlerinage, foyer religieux et d'urbanisation (Châteauneuf, Xe siècle), générant une bipolarisation de la ville entre, à l'ouest, le prospère bourg Saint-Martin et, à l'est, la cité. Cette dernière subit les luttes de pouvoir entre comtes d'Anjou et de Blois, défavorables à son essor. Le rattachement de Tours au domaine royal (première moitié du XIIIe siècle) représente une double chance :

l'unification de la ville par l'extension des murailles (1356), l'intervention directe de l'État dans les affaires de la cité. Sous Louis XI, elle devient la capitale du royaume pour plusieurs décennies et profite des retombées financières de la présence de la cour royale (Renaissance tourangelle) ; le roi y crée l'industrie de la soie et des draps d'or. Malgré le départ définitif de François Ier pour l'Île-de-France (1528) et un certain marasme économique, la ville continue à bénéficier de l'aide du royaume (tracé de l'axe méridien).

L'arrivée du chemin de fer, en 1845, transforme la société locale (arrivée des cheminots à Saint-Pierre-des-Corps) sans pour autant bouleverser ses assises bourgeoises. Enfermée dans un modèle de ville vivant du commerce, de l'artisanat, du tourisme (proximité des châteaux de la Loire) et de l'industrie légère, Tours semble tombée en léthargie jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, malgré les épisodes politico-

L'hôtel Gouin de Tours
Tours. Encarta
militaires du XIXe et du XXe siècle (siège du gouvernement en 1870 et réunion du conseil suprême interallié en juin 1940). Les bombardements de juin 1940 touchent les quartiers du centre, mais celui-ci conserve son patrimoine architectural (église Saint-Julien, XIIe-XIIIe s. ; cathédrale Saint-Gatien, XIIIe-XVIe s. ; hôtel Gouin). Encyclopedia Universalis
Recherche personnalisée