Carnet Photographique infos Suède
Histoire de Nîmes
Carnet Photographique France

Capitale des Volques Arécomiques liée aux colonies grecques et phéniciennes, Nîmes est née près de la source sacrée de la Fontaine (Nemausus pour les Romains). Important relais de Rome sur la Via Domitia, l'antique Nemausus est tête de pont vers la Narbonnaise, vers les territoires des Allobroges par la vallée du Rhône et ceux des Arvernes à travers les contreforts cévenols.

Cité impériale de droit latin, elle frappe monnaie et jouit des faveurs d'Auguste qui la dote, vers 15 avant J.-C., d'une vaste enceinte de 7 kilomètres de longueur, dont les portes d'Auguste et de France sont bien conservées. La Maison carrée, dédiée au culte impérial, participe aux embellissements de la ville. L'amphithéâtre des Arènes, réalisé vers la fin du Ier siècle, est un des mieux conservé du monde romain. Le Castellum, unique en son genre, répartit dans la ville les eaux acheminées depuis la source de l'Eure près d'Uzès par un système de canaux, tunnels et ponts dont l'aqueduc du pont du Gard reste le chef-d'œuvre. Au pied de la tour Magne, longtemps énigmatique (tour défensive protohistorique dominant le sanctuaire de Nemausus, enveloppée d'une tour romaine octogonale), l'Augusteum des jardins de la Fontaine constitue un ensemble cultuel de première importance.

Les vestiges de l'urbanisme impérial ne sont, nulle part ailleurs en France, aussi bien conservés et aussi expressifs du rayonnement d'une cité. Preuve de la romanisation des habitants, l'empereur Antonin (IIe s.) est d'origine nîmoise.

À partir du milieu du IIe siècle, les invasions successives provoquent un repli de la ville sur son amphithéâtre fortifié, défendu par les « chevaliers des arènes » et siège du pouvoir vicomtal, et dans le quartier de la cathédrale lui aussi fortifié. Établi en 1198, le consulat se fixera dans la Maison carrée, appelée Capitole, et gérera la ville jusqu'à la Révolution. Les vicomtes de Nîmes, dépendant du comte de Toulouse, établissent leur pouvoir jusqu'à l'Albigeois, avant de céder au roi de France en 1226.
La maison carrée de Nîmes
La maison carrée. Universalis
Le pouvoir royal se fixe en ville, les couvents s'installent hors les murs. Très tôt acquise aux idées de la Réforme, Nîmes devient une place forte protestante. Son histoire est ponctuée de violences, massacres, soulèvements et destructions, du milieu du XVIe siècle à la paix d'Alès, en 1629. La révocation de l'édit de Nantes en 1685 et la guerre des camisards compromettent la reprise économique. Au début du XVIIIe siècle, la bourgeoisie protestante, éloignée des charges civiles et militaires, s'ouvre à la finance, au commerce international et à l'investissement manufacturier dans le textile, faisant travailler la laine et la soie dans la Cévenne rurale. Durant tout le siècle, nobles et bourgeois conduisent de grands travaux, régis par un règlement d'urbanisme établi en 1734 et un plan d'embellissement de 1785 : démolition des remparts, déblaiement des arènes, ouverture d'avenues, de promenades. Le cours Neuf, tracé par l'ingénieur Mareschal, s'inscrit en perspective des jardins de la Fontaine. Après la Révolution, les travaux édilitaires se poursuivent durant tout le XIXe siècle sur la base du plan Raymond de 1785. Encyclopedia Universalis
Recherche personnalisée