Carnet Photographique la Malaisie
Histoire de la Malaisie
Carnet Photographique Malaisie

La péninsule Malaise est habitée depuis le IIIe millénaire av. J.-C. L’histoire de cette Malaisie primitive est encore mal connue. Jusqu’au XIXe siècle de notre ère, la Malaisie semble avoir vécu dans la dépendance des grands empires indianisés d’Indochine et de Sumatra.

Vers 1400 apr. J.-C., un prince de Palembang fonde le royaume de Malacca. Il se convertit à l’islam et entreprend de conquérir le reste de la péninsule Malaise. Malacca prospère et étend son territoire, mais est conquise en 1511 par les Portugais. Afonso de Albuquerque s’empare de la capitale en août 1511 et y construit une forteresse. Les Portugais de Malacca survivent à des combats incessants avec Johor Aceh (aussi appelé Achin), à Sumatra, et d’autres États alliés. Mais, dès 1619, une autre puissance coloniale, les Pays-Bas, dispute la Malaisie aux Portugais. La Compagnie hollandaise des Indes orientales, basée à Batavia (aujourd’hui Jakarta), intercepte le commerce portugais. En 1641, le royaume tombe aux mains des Hollandais qui deviennent la puissance coloniale dominante au cours des deux siècles suivants. Comme leurs prédécesseurs portugais, les Hollandais soutiennent de nombreuses guerres avec les royaumes voisins ; ils étendent cependant leur influence à certaines parties du Johor, tandis que les royaumes malais du nord, Perlis, Kedah, Kelantan et Trengganu passent sous influence siamoise.

Au XVIIIe siècle, les Britanniques, en partie pour des raisons commerciales, mais aussi pour contrer l’expansion française dans l’océan Indien, commencent à s’intéresser à la Malaisie. En 1786, le sultan de Kedah, qui cherche de l’aide contre les Siamois, loue l’île de Penang à la Compagnie britannique des Indes orientales, qui en fait un port franc. En 1819, sir Thomas Stamford Raffles, un agent de la Compagnie des Indes orientales, fonde Singapour et, en 1824, la Grande-Bretagne reçoit Malacca des Hollandais. Singapour, Penang et Malacca, connus sous le nom collectif des Straits Settlements (Établissements des Détroits), restent la propriété de la Compagnie anglaise jusqu’à son abolition en 1858. En 1867, le Royaume-Uni fait passer sous le contrôle direct de la Couronne les trois établissements, puis, jusqu’en 1914, applique dans le reste du pays une politique de protectorat.

Le dernier État malais à se placer sous la protection de la Couronne est le sultanat de Johor, en 1885. Dix ans plus tard, plusieurs sultanats se fédèrent. Les États qui restent en dehors de la fédération sont Johor et les quatre États du Nord, que les Britanniques enlèvent au Siam (Thaïlande) en 1909.
LLa région des États actuels de Malaisie à Bornéo est surtout sous la domination du sultanat de Brunei jusqu’au XIXe siècle. Auparavant, les Européens ont fait du commerce avec le nord de Bornéo, mais n’ont pas établi de colonies permanentes. Mais, en 1841, le sultan de Brunei récompense James Brooke, un aventurier britannique qui l’a aidé à écraser des rebelles, en lui donnant des terres et le titre de raja de Sarawak ; Brooke et ses successeurs, les « rajas blancs », élargissent leur territoire jusqu’aux frontières actuelles du Sarawak. À l’est, les sultans de Brunei et de Sulu ont loué des terres à des marchands étrangers. Le bail est racheté par un syndicat d’intérêts britanniques en 1877. En 1881, le syndicat devient la British North Borneo (Chartered) Company, et est autorisée par une charte royale à administrer la région. Le Nord-Bornéo britannique et le Sarawak deviennent des protectorats britanniques en 1888. "Malaisie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés
Recherche personnalisée