Carnet Photographique : le Canada
Histoire de la Belgique : les 1ers peuplements
Carnet Photographique Belgique

La Belgique doit son nom aux Belgae, des peuples celtes qui s’installent sur le territoire entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. Dans un premier temps, ils opposent une farouche résistance à l’occupation romaine, en particulier lors de la bataille de Solesmes (57 av. J.-C.). En 54 av. J.-C., ils se rebellent, mais sont finalement soumis trois ans plus tard par Jules César. Sur le territoire de la Belgique actuelle, la Belgica, qui s’étend du nord de la France aux Pays-Bas et à une partie de la Suisse, les Romains créent trois provinces : au nord, la Germanie Seconde, à l’est, la Belgique Première et à l’ouest, la Belgique Seconde. À cette époque, l’agriculture et le commerce se développent, de nombreuses routes sont construites ; Tournai (Turnacum) et Tongres (Aduatuca)deviennent de véritables centres urbains.

 

Au IVe siècle, des tribus germaniques, les Francs Saliens, occupent les bouches de l’Escaut, la région de la Meuse et les bords du Rhin. Alliés à Rome, ils profitent des invasions des peuples barbares (Suèves, Vandales et Alains) pour s’emparer de Tournai, qui devient leur capitale, et pour pénétrer en Gaule.

La domination franque des Mérovingiens succède à celle de Rome en Europe occidentale. Dès cette période, le particularisme entre le Nord et le Sud se dessine : au nord, les Francs fondent ce qui va devenir la Flandre ; au sud et au sud-est, ces mêmes Francs se fondent dans l’élément gallo-romain, numériquement plus important, et donnent naissance à la Wallonie. Depuis cette époque, la frontière linguistique entre les deux communautés, suivant une ligne est-ouest reliant Visé à Mouscron, en passant par le sud de Bruxelles, n’a pas varié.

L’évangélisation commencée du temps de l’Empire romain se poursuit. Les moines donnent une impulsion majeure aux défrichements (les Kempen du Brabant) et les forêts des Ardennes abritent des centres monastiques comme Saint-Hubert ou Stavelot, fondé par Sigebert, roi d’Austrasie.

Les invasions vikings

Rattachées à l’Empire carolingien par Charlemagne, les régions belges sont démembrées lors de la partition du royaume franc avec le traité de Verdun en 843. La Francia occidentalis de Charles le Chauve (qui va devenir la France) reçoit la Flandre germanique tandis que les régions wallonnes sont intégrées à la Lotharingie germanique (futur Saint Empire romain germanique). Ce premier partage est suivi de deux autres traités : celui de Meerssen en 870 et celui de Ribemont en 880.

Parcourue de voies d’eau facilement navigables, la Belgique subit dès cette époque les assauts des Vikings. Moitié marchands, moitié pillards avec leurs drakkars de très faible tirant d’eau, ils remontent les cours d’eau et mettent à sac le territoire belge, ainsi que le nord de la France. Ils ne sont définitivement repoussés qu’en août 891 par Arnulf de Carinthie.

Traité de Verdun
Traité de Verdun. Encarta

À la même époque, à l’extrême ouest, naît le comté de Flandre, qui se place dans la mouvance française. "Belgique" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Recherche personnalisée