Carnet Photographique infos Suède
Histoire d'Avignon
Carnet Photographique France

À l’origine ville gauloise, Avignon devient une colonie romaine érigée par l’empereur Auguste, sous le nom d’Avenio.

Elle appartient par la suite aux trois grandes puissances féodales de la région : le royaume d’Arles puis les comtés de Provence et de Toulouse. C’est au xive siècle que l’histoire de la ville marque un tournant. En effet, à la suite du conflit qui oppose Philippe IV le Bel au pape Boniface VIII, le nouveau pape élu Clément V s’installe en Avignon et, de 1309 à 1376, la cour papale se tient dans cette ville (voir papauté en Avignon). La présence de la puissance pontificale favorise le développement avignonnais. Pendant le Grand Schisme d’Occident (1378-1417), la ville est la résidence de plusieurs antipapes.

En 1475, la ville devient un siège archiépiscopal et par la suite un centre de commerce florissant. Pendant cette période, bien qu’Avignon fasse partie des États de l’Église, et soit donc officiellement administrée par des légats, les citoyens conservent en grande partie leur indépendance.

La papauté perd la ville pendant la Révolution française, lorsque Avignon est incorporée à la France par plébiscite en 1791, acte confirmé en 1797 par le traité de Tolentino. Encarta

La cité avait déjà joué le rôle de centre politique lorsque Clément V, fuyant les intrigues romaines, y installe le siège de la papauté en 1309. La ville se pare alors d'édifices prestigieux : le château des Papes, les palais des évêques (appelés livrées cardinalices), les couvents et églises où l'art gothique s'épanouit. La cour papale attire des peintres de toute la France ou d'Italie, qui constitueront l'école d'Avignon, dont l'éclat durera jusqu'au XVIe siècle. Pendant deux siècles, Avignon est une cité prospère sur l'axe rhodanien, au confluent de la Durance. Aujourd'hui, la ville a renoué avec des fonctions culturelles éminentes.

Le palais des papes à Avignon
Le palais des Papes. Encarta

Elle met en valeur ses richesses monumentales et architecturales (réhabilitation et restauration du centre-ville) et rayonne grâce à son festival, sans doute le plus fréquenté de France, créé en 1947 par Jean Vilar.

L'agglomération a connu un triplement de la population depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les flux migratoires venus de toutes les régions françaises ont entraîné de profondes mutations sociales. L'autoroute du soleil (l'A7), qui a donné une grande impulsion au développement des transports dans la vallée du Rhône, a contribué à l'éclatement de l'habitat dans un périmètre très étendu. Il s'étend largement sur le Comtat au nord et à l'est, au sud sur la plaine de Châteaurenard, à l'ouest sur les collines et bassins du Gard. L'agglomération rassemble, au recensement de 1999, 253 580 habitants.
Recherche personnalisée