Carnet Photographique infos Suède
Histoire d'Amiens
Carnet Photographique France

La ville, qui s’appelait autrefois Samarobriva (« pont sur la Somme »), a été peuplée par la tribu gauloise des Ambiens (Ambiani), dont le nom de la ville d’Amiens est dérivé. Elle a ensuite été occupée par Jules César en 57 av. J.-C., lors de l’invasion de la Gaule.

La ville connaît un fort développement économique au Moyen Âge lorsque, adhérente de la Hanse londonienne, elle devient l’un des centres de l’industrie drapière française. Plus tard, à la fin du xve siècle, elle se spécialise dans la fabrication de serges de laine mêlées de soie, appelées sayettes. Amiens est alors renommée pour la guède (waide en picard) ou pastel, plante tinctoriale qui, broyée, donne une couleur bleue, utilisée pour teindre la laine.

La ville a été le théâtre de plusieurs grands événements historiques, dont la paix d’Amiens (qui a abouti à une courte période de paix entre la France et la Grande-Bretagne lors des guerres napoléoniennes), signée dans l’hôtel de ville le 27 mars 1802. En novembre 1870, lors de la guerre franco-allemande, la ville est occupée par les Prussiens.

Pilonnée par les canons allemands en mars 1918, Amiens est aussi sinistrée à plus de 60 p. 100 en mai 1940. C’est également à Amiens qu’a été adoptée en 1906 la charte d’Amiens, charte du syndicalisme révolutionnaire.

Après-guerre, l’architecte Auguste Perret a dirigé une grande partie des travaux de reconstruction de la ville (en même temps que celle du Havre), notamment dans le quartier de la gare ; celui-ci est dominé par la tour Perret, une imposante tour en béton armé (105 m) rénovée en 2005. Encarta

La cathédrale d'Amiens
Cathédrale d'Amiens. Encarta
Recherche personnalisée