Carnet Photographique : le Canada
Belgique des Habsbourg : Les Habsbourg d’Autriche
Carnet Photographique Belgique

Les traités ne mettent pas fin à la guerre entre la France et l’Espagne. Durant tout son long règne, le roi Louis XIV de France refuse d’abandonner ses visées sur cette région. Pendant vingt et un ans, les Pays-Bas espagnols sont un champ de bataille, ce qui achève de ruiner le pays. La paix des Pyrénées, en 1659, donne à la France l’Artois, ainsi que plusieurs places fortes et régions frontalières en Hainaut, en Flandre et au Luxembourg. La guerre de Dévolution (1667-1668) est une guerre de conquête, mais, lors du traité d’Aix-la-Chapelle, Louis XIV doit se contenter de quelques places militaires aux frontières du Nord. L’hégémonie française inquiète les puissances européennes. La guerre de la ligue d’Augsbourg (1686-1697) ne contribue pas à calmer les ambitions françaises. Les Pays-Bas espagnols sont à nouveau le but de la guerre de Succession d’Espagne.

 

Les Habsbourg d’Autriche
La paix d’Utrecht, ensemble de traités signés entre 1713 et 1715, symbolise la fin du conflit et donne à la France une partie de la Flandre, ainsi que Dunkerque et Lille.

Cependant, la majorité du territoire est cédée à l’Autriche, sous l’autorité de l’empereur germanique Charles VI et, conformément au traité de la Barrière de 1715, des garnisons hollandaises de sûreté occupent les forteresses situées aux frontières de la France. Le territoire de la Belgique est alors composé des duchés de Luxembourg, de Gueldre, de Brabant, de Limbourg, des comtés de Hainaut et de Flandre, du marquisat de Namur et des villes de Tournai et de Malines.

La guerre de Succession d’Autriche, qui débute en 1740, déclenche une fois de plus l’invasion et l’occupation du pays par la France, mais, en 1748, le traité d’Aix-la-Chapelle rend le pays à l’Autriche. Hormis cette invasion, les débuts de la souveraineté autrichienne sur la Belgique sont paisibles.

Sous les règnes de Marie-Thérèse et de son fils, Joseph II, tous deux despotes éclairés, la philosophie des Lumières occupe une grande place. De nombreuses réformes sont entreprises, en particulier dans le domaine judiciaire ; en 1781 est promulgué un édit de tolérance religieuse.

Cependant, la paix civile prend fin en 1781, quand l’empereur Joseph II décide de raser les forteresses frontalières et de rouvrir l’estuaire de l’Escaut. Les Hollandais interdisent à nouveau le fleuve au commerce. Par la suite, en 1787, engagé dans une réforme profonde des domaines impériaux des Habsbourg, le souverain décide l’abolition de l’autonomie provinciale dont jouissent les Pays-Bas autrichiens. Aux conseils provinciaux est substitué un Conseil du gouvernement général, et le pays est divisé en neuf cercles, sous l’autorité d’intendants. Les anciens corps politiques, mécontents de la disparition de leurs prérogatives, forment des partis patriotes. Le refus de tout compromis par Joseph II provoque un soulèvement général, qui coïncide avec le début de la Révolution française.

"Belgique" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Lenfant, Bataille de Fontenoy, 11 mai 1745
Lenfant, Bataille de Fontenoy, 11 mai 1745. Encarta
Recherche personnalisée