Carnet Photographique : la Grèce
Canada


La Grèce et les guerres balkaniques

Photos de la Grèce
10/12/16

La Grèce dans les années 1880-1890

La politique extérieure du royaume ne cesse d’être guidée par la volonté de rassembler tous les Grecs, aux dépens de la Turquie. Le rattachement de la Thessalie, en 1881, fait suite à la guerre russo-turque de 1877-1878, et la question de la Macédoine et de la Crète, toujours aux mains des Turcs, se pose avec une plus grande acuité. La Grèce encourage alors la révolte des Crétois, en 1896, mais la guerre qui éclate quelques mois plus tard avec la Turquie, est vite un désastre pour Athènes, qui doit, au terme du conflit, verser à son ennemi une importante indemnité. Tandis que la Crète devient autonome au sein de l’Empire ottoman, la situation financière de la Grèce se fragilise, ce qui renforce encore les possibilités d’ingérence des pays européens dans ses affaires intérieures.

Pourtant, en 1898, sous la pression de nouvelles révoltes, la Turquie est contrainte de retirer toutes ses forces armées de Crète, et le prince Georges (1869-1957), deuxième fils de Georges Ier, est nommé au poste de haut commissaire. Les Européens n’autorisent cependant pas l’union de l’île avec la Grèce, et pendant les dix années suivantes, l’île est secouée par des conflits internes.

En 1905, le député crétois Éleuthérios Venizélos, favorable au rattachement, prend la tête d’une insurrection qui s’achève par la démission du prince Georges en 1906. Deux ans plus tard, l’Assemblée crétoise proclame l’union tant attendue et, en 1912, des représentants crétois siégent pour la première fois au Parlement grec.

Dans les Balkans, la montée du nationalisme, en particulier en Serbie, en Bulgarie et en Roumanie, trouve un terrain favorable dans la désagrégation progressive de l’Empire ottoman. Au moins unis par leur antagonisme commun à l’égard de la Turquie, ces jeunes États entretiennent des relations pacifiques. En 1912, la Grèce adhère avec la Serbie, la Bulgarie et le Monténégro à l’Entente balkanique, qui déclare la guerre à la Turquie. Cette première guerre des Balkans (octobre 1912-mai 1913) est un véritable désastre pour les Turcs, qui doivent, selon les termes du traité de Londres, abandonner toutes leurs revendications sur la Crète et sur les îles de la mer Égée, ainsi que sur les territoires situés sur le continent européen, à l’exception de la région d’Istanbul.

Les dissensions entre les membres de l’Entente balkanique débouchent sur la seconde guerre des Balkans, dans laquelle la Grèce et la Serbie combattent la Bulgarie, vaincue au bout d’un mois. En 1913, le traité de Bucarest permet à la Grèce de doubler son territoire et sa population grâce au rattachement de la Macédoine, y compris Thessalonique et Kavalla.

"Grèce" © Ecrit par . Source utilisée : Encarta, lemonde et Wikipedia

Éleuthérios Venizélos
Éleuthérios Venizélos