Carnet Photographique : la Grèce
Canada


La Grèce durant la 2nde guerre mondiale

Photos de la Grèce
10/12/16

La Grèce dans les années 40

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le général Metaxas essaie de maintenir la neutralité du pays. Mais les troupes italiennes stationnées en Albanie depuis le début du conflit constituent une réelle menace pour la Grèce, qui bénéficie du soutien de la France et du Royaume-Uni. La frontière nord est attaquée par les Italiens depuis l’Albanie en octobre 1940.

L’armée grecque remporte alors un succès inattendu : en décembre, après avoir chassé les envahisseurs du pays, elle est en possession d’un quart du territoire albanais. Les Italiens n’échappent à la déroute complète qu’avec l’intervention, en avril 1941, des troupes allemandes qui viennent à bout de la résistance grecque.

Après la capitulation de son armée, la Grèce est obligée de signer un armistice le 23 avril et les Allemands entrent dans Athènes quatre jours plus tard. Le gouvernement grec s’effondre : Metaxas meurt en janvier, et son successeur se suicide. Un gouvernement national-socialiste est alors instauré à Athènes. Le roi Georges II s’enfuit en Crète et, après l’occupation de l’île, prend le chemin de l’exil. Il met en place un gouvernement, d’abord au Caire, puis à Londres.

L’occupation du territoire grec par les troupes allemandes, italiennes et bulgares est particulièrement dure et extrêmement mal vécue par la population. Des mouvements de résistance apparaissent, dont le plus important, l’EAM (Front national de libération), à majorité communiste, rassemblant diverses organisations politiques et syndicales de gauche et disposant d’une branche armée, l’ELAS (Armée populaire grecque de libération), bénéficie du soutien de la très grande majorité des Grecs.

Ces mouvements participent à des opérations armées en Italie ou en Afrique et, sur le terrain, pratiquent des opérations de guérilla et de sabotage.

La résistance grecque

À la fin de 1943, après le débarquement des Alliés en Italie et dans la perspective de la libération de la Grèce, l’EAM entre ouvertement en conflit avec l’EDES (Armée grecque démocratique nationale), frange conservatrice de la Résistance, et l’EKKA (Ligue nationale et sociale de libération). Les Alliés soutiennent d’abord l’EAM, majoritaire, mais, craignant ensuite la prépondérance communiste au sein de cette organisation, ils donnent leur appui à l’EDES-EKKA. À l’issue de longues négociations, un Comité provisoire de libération nationale, gouvernement de coalition, est formé en mai 1944.

"Grèce" © Ecrit par . Source utilisée : Encarta et lemonde.

Campagne de Grèce (1940-1941)
Campagne de Grèce (1940-1941)