Carnet Photographique infos Suède
Economie de Nîmes
Carnet Photographique France

Le chemin de fer, inauguré dès 1839, va contribuer au développement économique, faisant de Nîmes le grand carrefour ferroviaire du Languedoc.

Entre la ville historique bordée par l'esplanade et la gare, une avenue (Feuchères, aujourd'hui) ouvre sur 60 mètres de largeur une perspective majestueuse sur la tour Magne. Mais l'« haussmannisation » marque finalement peu la ville. La population atteint 80 000 habitants à la fin du XIXe siècle. La crise viticole, le ralentissement des activités industrielles font que la ville s'installe peu à peu dans un climat de récession et se fige dans des habitudes provinciales. Sa population ne dépasse pas 90 000 habitants en 1954.

La reprise économique va de pair avec l'arrivée des rapatriés d'Afrique du Nord, avec l'ouverture des grands chantiers d'aménagement régional. Nîmes s'affirme comme centre commercial et de prestation de services. Les premières grandes surfaces longent le périphérique, qui guide l'urbanisation linéaire dans la plaine.
Les activités industrielles traditionnelles stagnent ou émigrent dans l'environnement rural et vers la façade rhodanienne alors que progressent les fonctions tertiaires (université, administration). Les technologies de l'information et de la communication placent Nîmes au deuxième rang en Languedoc-Roussillon, mais loin derrière Montpellier qui capte 50 % des créations d'entreprises. Ces changements ont entraîné une profonde transformation de l'espace urbain : modernisation du centre ancien, rénovation des commerces, réhabilitation des immeubles résidentiels, reconstruction des halles, création de voies piétonnes, conquête des garrigues par un habitat pavillonnaire aisé, requalification lente de la Z.U.P., densification commerciale et comblement progressif de l'espace compris entre le périphérique et l'autoroute au sud.
Le stade de Nîmes
Stade de Nîmes. Universalis
En 1999, la ville comptait 133 500 habitants. Dans un rayon de 25 kilomètres, l'espace urbain nîmois, le deuxième du Languedoc, regroupe quelque 340 000 habitants. Sa croissance est fortement influencée par l'axe autoroutier Montpellier-Avignon qui polarise les activités majeures, et par les axes secondaires vers Alès et Arles-Marseille.
Recherche personnalisée