Carnet Photographique infos Suède
Economie de Mulhouse
Carnet Photographique France

Spécialisée dans l’industrie textile (coton) depuis le XVIIIe siècle, Mulhouse possède également une tradition industrielle chimique. Elle produit des engrais potassiques. Ces activités en reconversion ont été renouvelées par des industries de construction automobile (Peugeot), électrique et mécanique. Huitième port fluvial de France, la ville est dotée d’un aéroport international (7e du pays pour le trafic passagers, 3e pour le fret) qu’elle partage avec Bâle, située à 30 km.

En 1962, le groupe Peugeot s'installe dans la forêt de la Hardt : l'usine Indenor, qui fabriquait des boîtes de vitesses, est devenue l'usine Peugeot-Citroën, forte de 13 000 salariés en 2004.

Dans l'attente de la réussite de sa reconversion industrielle, Mulhouse doit gérer de nombreux problèmes. Les dernières usines disparaissent : l'extraction de la potasse a été stoppée en 2002 ; aux mains du Finlandais Wärtsilä, la S.A.C.M. (Société alsacienne de constructions mécaniques, créée en 1872) cesse sa production en 2003 ; la société D.M.C. (500 salariés, fil à broder) met son site en vente en 2004. L'agglomération s'appuie sur P.S.A., son principal pourvoyeur d'emplois. Les nouvelles technologies peinent à se développer ; une entreprise comme Neuro 3D, jeune pousse du réseau bâlois BioValley, reste une exception. Le campus mulhousien de l'université de Haute-Alsace (créée en 1975) compte 6 500 étudiants, dont une école internationale (Allemagne, Suisse, France) d'ingénieurs.

Le centre hospitalier développe la recherche hématologique. Le Parc des Collines, installé dans la zone franche ouverte en 1997, reçoit de nombreux bureaux. Pour une agglomération qui a grandi dans l'incohérence, les opérations d'urbanisme constituent des opérations de reconquête. À l'étroit sur son territoire, la commune de Mulhouse voit lui échapper les fonctions commerciales périphériques, tout comme les classes moyennes et aisées, sauf sur la colline du Rebberg. L'habitat ancien de la ville rassemble la moitié des chômeurs du Haut-Rhin. Après de nombreuses destructions, la ville prend son patrimoine industriel en compte (la fonderie de la S.A.C.M. est attribuée à l'université, aux archives et à l'art contemporain). Le tourisme se fonde sur les musées techniques (Écomusée d'Alsace, Musée national de l'Automobile - collection Schlumpf -, musée du Chemin de fer, musée de l'Impression sur étoffes, musée du Papier peint). L'intercommunalité est inachevée ; la communauté d'agglomération de Mulhouse Sud-Alsace compte seize communes (en 2004), soit environ les deux tiers de la population de l'agglomération physique ; le tiers restant se répartit en plusieurs communautés de communes.
Economie automobile de Mulhouse
Industrie Mulhouse. Encarta

Fort de trente-neuf communes, le Pays de l'agglomération de Mulhouse préfigure une possible cohérence d'ensemble. La réalisation du tram-train s'inscrit dans cet effort de restructuration (2005).

Entre Rhin et Saône, le carrefour mulhousien voit se croiser les autoroutes A35 et A36. Le port est en croissance (5,3 millions de tonnes de fret en 2003) grâce à la conteneurisation (82 276 E.V.P. - équivalent vingt pieds - en 2003). Mais le projet du canal Rhin-Rhône a été abandonné en 1997. L'EuroAirport (3,78 millions de passagers en 2000) est touché par la faillite de la compagnie Swissair. Le T.G.V.-Est a été mis en service en 2007 et le T.G.V. Rhin-Rhône est en projet. Encyclopedia Universalis

Recherche personnalisée