Carnet Photographique : le Canada
Economie de l'ïle Maurice
Carnet Photographique Maurice

L’économie de Maurice est de tradition agricole : l’exploitation de la canne à sucre occupe plus de la moitié des terres cultivées, et l’île produit également du thé, des arachides, du tabac et des légumes.

Le secteur agroalimentaire (raffineries de sucre, boissons, etc.) permet d’importantes exportations de sucre et de mélasse, mais l’économie de l’île repose de plus en plus sur le textile, qui a connu un grand essor dans les années 1980. Au cours de la décennie précédente, Maurice a commencé son ouverture au tourisme (qui assure désormais 15 p. 100 de son PIB) et aux capitaux étrangers (création, en 1970, d’une zone franche qui accueille plus de 500 entreprises et assure 12,5 p. 100 du PIB, et d’un Bureau d’investissement en 2001, destiné à faciliter les investissements étrangers).

La monnaie du pays est la roupie mauricienne, divisée en 100 cents, et son PIB s’élevait, en 2006, à 6,3 milliards de dollars.

Indépendante depuis 1968, l’île a été dirigée jusqu’en 1992 par un gouverneur général représentant le souverain britannique, en qui résidait, en principe, le pouvoir exécutif. Maurice est devenue une république en mars 1992 ; le gouverneur général en place assuma les fonctions présidentielles jusqu’à l’élection d’un nouveau président et d’un vice-président par l’Assemblée législative. Le chef du gouvernement est le Premier ministre, qui préside le Conseil des ministres. L’Assemblée nationale comprend 66 députés.

Membre de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), Maurice bénéficie d’un accord spécial avec l’Union européenne, dans le cadre des conventions de Lomé.

Champ de canne à sucre (Maurice)
Champ de canne à sucre (Maurice) Encarta
"Maurice" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée