Carnet Photographique

Economie de Chypre

Carnet Photographique Chypre

L’économie chypriote, traditionnellement tournée vers l’agriculture, est marquée depuis la partition de 1975 par un net contraste entre les deux secteurs de l’île. Grâce à la diversification de ses activités (tourisme, commerce, petites industries, finance), Chypre a réussi son décollage économique et pouvait afficher, en 2006, un produit intérieur brut (PIB) de 18,37 milliards de dollars. Cependant, son économie souffre d’un recul du tourisme et des exportations agricoles, ainsi que du coût des investissements en armement.

Agriculture de Chypre

Le secteur turc, dans le nord de l’île, possède les meilleures terres mais connaît pourtant d’importantes difficultés économiques qui le rendent très dépendant de la Turquie. L’adhésion de Chypre à l’Union européenne (UE) le 1er avril 2004 ouvre des perspectives favorables à l’économie de la partie grecque de l’île, renforcées par l’adoption de l’euro en janvier 2008, tandis que l’Union européenne s’engage à verser 259 millions d’euros d’aide à la partie turque.

Environ 15 % du territoire sont cultivés. Les principales cultures sont la pomme de terre (124 800 t), le raisin (52 383 t), le citron, l’orge, le blé, la caroube et l’olive.

La production de céréales et d’olives est insuffisante pour satisfaire la demande locale. L’élevage constitue un secteur économique important. Les ovins (272 192 têtes) et les caprins (344 929 têtes) dominent, mais on élève également des porcs, des bovins (notamment pour l’attelage), des ânes, des mules et des chevaux (statistiques de 2006). Les produits laitiers sont principalement le fromage et le yaourt, tirés du lait de brebis et de chèvre. À l’exception des pêcheries d’éponges dans les eaux côtières, la pêche n’est pas une source significative de revenus.

"Chypre" © Ecrit par et Encarta

Agriculture sur l'île de Chypre
Agriculture sur l'île de Chypre. Encarta
Recherche personnalisée