Carnet Photographique : le Canada
Histoire de la Syrie : la domination ottomane
Carnet Photographique Syrie

Envahie par les troupes de Sélim Ier en 1516, la Syrie devient ottomane pendant quatre siècles. Constituée des provinces de Damas, d’Alep, de Beyrouth et de la ville de Jérusalem, la Syrie ottomane est gérée au nom du sultan par des gouverneurs nommés pour un an. C’est durant cette période que le pays redevient un carrefour commercial important et développe des relations avec le monde occidental. Ainsi, un consul français est envoyé à Alep dès le XVIe siècle et des ordres religieux catholiques sont autorisés à s’implanter à partir du XVIIe siècle.

 

L’affaiblissement graduel de la puissance ottomane attise les ambitions territoriales : en 1799, Napoléon Ier, qui a pris pied en Égypte, est vaincu devant Saint-Jean d’Acre ; puis, en 1831, les troupes du vice-roi d’Égypte Méhémet Ali réussissent à s’imposer.

Durant leurs dix années de présence, les khédives entreprennent de moderniser le pays, avant d’être contraints de se retirer par les puissances occidentales. Située sur la voie commerciale majeure de l’Orient vers la Méditerranée, jusqu’à l’ouverture du canal de Suez en 1869, la Syrie devient l’un des enjeux de la question d’Orient.

En 1860, des massacres intercommunautaires au Liban et dans le sud de la Syrie provoquent l’intervention de Napoléon III en faveur des chrétiens. La domination ottomane, cependant, est de plus en plus contestée par les Arabes. C’est en Syrie que sont nés les premiers mouvements nationalistes arabes. Ralliés à Hussein ibn Ali, cheikh de La Mecque, leurs membres combattent durant la Première Guerre mondiale aux côtés des Britanniques contre l’Empire ottoman, allié de l’Allemagne.

Les Britanniques ont gagné l’appui des Arabes en leur promettant, en contrepartie de leur soutien, l’indépendance en cas de victoire sur l’Empire ottoman. Cet accord, prévoyant la création d’un grand État arabe, est formalisé, en janvier 1916 par un échange de lettres entre le gouvernement britannique et Hussein. Cependant, au mois de mai de la même année, la Grande-Bretagne et la France concluent des accords secrets, les accords Sykes-Picot, par lesquels elles se partagent les terres arabes sous domination ottomane : la Syrie et le Liban actuels reviennent à la France, l’Irak et la Palestine sont attribuées au Royaume-Uni.

"Syrie" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Hussein ibn Ali
Hussein ibn Ali. Wikipedia
Recherche personnalisée