Carnet Photographique
Chypre sous la domination britannique
Carnet Photographique Chypre

La Convention signée entre Istanbul et Londres le 4 juin 1878 donne aux Britanniques le contrôle absolu de Chypre contre une rente annuelle d’environ 500 000 dollars, tandis que l’Empire ottoman en conserve la souveraineté. Dès leur entrée en fonction en 1879, les administrateurs britanniques rejettent la demande de réunion politique de Chypre et du royaume de Grèce (enosis, « union » en grec), que leur font l’archevêque et la communauté grecque de l’île.

En novembre 1914, en raison du ralliement de l’Empire ottoman aux puissances centrales ennemies, lors de la Première Guerre mondiale, le Royaume-Uni annule le traité de 1878 et annexe Chypre.

Au traité de Lausanne, en 1923, Istanbul reconnaît officiellement les droits britanniques sur Chypre. Deux ans plus tard, l’île devient une colonie de la Couronne.

La domination britannique ne se fait pas sans heurts, et face à l’agitation de la population, l’état d’exception est promulgué entre 1931 et 1940. Le mouvement en faveur de l’Enosis reprend de l’ampleur dans les années 1950. Sous l’égide de l’évêque de Chypre Makarios III, les Chypriotes de langue grecque réclament le départ des Britanniques et, consultés par la hiérarchie ecclésiastique, se prononcent à près de 96 % en faveur de l’union avec la Grèce.

Les Britanniques s’opposant à tout changement de statut de l’île, en raison de son importance stratégique, ce mouvement se durcit à partir de 1955 sous la forme d’opérations de guérilla menées par l’Organisation nationale des combattants chypriotes (EOKA). Makarios, qui soutient l’organisation terroriste, est exilé au début de 1956.

"Chypre" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

Makarios III
Makarios III
Recherche personnalisée