Carnet Photographique la Malaisie
Histoire du Nicaragua : La dictature des Somoza (1936-1979)
Carnet Photographique Nicaragua

En 1934, Augusto Sandino, chef des guérilleros qui avaient combattu la présence américaine, est assassiné sur ordre du général Anastasio Somoza alors qu’il a déposé les armes et qu’il participe à des négociations de paix. Le général Somoza s’autoproclame président en 1936 et impose au pays sa dictature jusqu’à son assassinat en 1956. Ses fils lui succèdent, Luis Somoza Debayle jusqu’en 1963 et Anastasio Somoza Debayle de 1967 à 1979, année où il est renversé.

Le pouvoir d’Anastasio Somoza s’apparente à celui d’un caudillo (nom donné aux chefs militaires en Espagne, et plus particulièrement à Francisco Franco), fondé sur des liens personnels très forts, une garde nationale étroitement surveillée, un contrôle total des processus électoraux et une forte capacité à coopter de nouveaux-venus dans les réseaux du pouvoir. Parallèlement, Anastasio Somoza apparaît également comme un réformateur : création de l’Institut du développement (1953), de la Compagnie électrique nationale (1956), création d’une sécurité sociale, réforme agraire en 1963. La situation se dégrade pourtant, puisque, d’une part, le népotisme familial et la corruption privent du soutien des classes moyennes le clan Somoza qui gouvernait en alternant les phases de répression et d’ouverture et, d’autre part, de 1960 à 1978, les petits propriétaires fonciers connaissent d’importantes difficultés.

Le détournement des fonds de soutien envoyés à la suite du tremblement de terre qui détruit Managua et provoque la mort de cinq mille personnes environ en 1972 déclenche un fort sentiment d’hostilité à l’égard du clan Somoza et contribue à la montée du Front sandiniste de libération nationale (FSLN), fondé en 1961 et nommé ainsi en hommage à Augusto Sandino.

Après l’assassinat en 1978 de Pedro Joaquín Chamorro, le directeur du principal journal d’opposition, La Prensa, des émeutes éclatent. L’opposition se regroupe et l’Église catholique légitime le combat contre le dictateur. Les sandinistes du commandant Edén Pastora prennent d’assaut le palais national à Managua (22 août 1978) et une guerre civile se déclare. L’insurrection générale de septembre 1978 est réprimée par les chars et l’aviation de le Garde nationale, tandis que l’état de siège est instauré. La phase finale de l’insurrection sandiniste commence en avril 1979. Finalement, le 19 juillet 1979, la Garde nationale dépose les armes, et les sandinistes entrent triomphalement dans Managua. Le 25 juillet, un premier contingent de 2 000 coopérants cubains arrivent au Nicaragua. Les combats auraient provoqué la mort de 20 000 personnes. Anastasio Somoza Debayle s’exile au Paraguay où il est assassiné en 1980.

Anastasio Somoza
Anastasio Somoza
"Nicaragua" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée