Carnet Photographque : la roumanie
Histoire du Mexique : La dictature Díaz et la révolution mexicaine
Carnet Photographique Mexique

Le Mexique doit subir la dictature de Porfirio Díaz jusqu’en 1911, avec une seule interruption entre 1880 et 1884. Le pays connaît alors un important développement économique et commercial (construction d’usines et de voies ferrées, amélioration des ports, aménagement urbain, etc.). Beaucoup de ces entreprises sont financées et dirigées par des étrangers, ce qui provoque le mécontentement des Mexicains.

En 1908, Díaz annonce qu’il accepte la présence d’un candidat d’opposition aux élections de 1910 : les libéraux choisissent Francisco Indalecio Madero, qui devient le leader de la révolution populaire après la réélection de Díaz en 1910. Celui-ci doit démissionner en 1911 et quitte définitivement le pays.
La révolution mexicaine

Madero, élu président en 1911, ne peut mettre fin aux remous politiques et militaires qui agitent le pays. D’autres rebelles, dont Emiliano Zapata et Pancho Villa, refusent totalement de se soumettre à son autorité. En 1913, Victoriano Huerta, chef de l’armée de Madero, conspire avec les chefs rebelles, s’empare de Mexico, prend le pouvoir et fait assassiner Madero. De nouvelles révoltes armées, sous la direction de Zapata, Villa et Venustiano Carranza, éclatent et Huerta s’enfuit en 1914. Carranza prend le pouvoir la même année et Villa lui déclare immédiatement la guerre. En août 1915, une commission représentant huit pays latino-américains et les États-Unis reconnaît Carranza comme l’autorité légale du Mexique. Les chefs rebelles, à l’exception de Villa, baissent les armes. Zapata est assassiné en 1919, et Villa poursuit ses révoltes jusqu’en 1920.

La Constitution, promulguée en 1917, et comportant des mesures relatives au travail et à la protection sociale très radicales pour l’époque, prévoit des réformes destinées à restreindre la possession des mines et des terres par les étrangers. Carranza, élu président cette même année, ne met pas en place toutes les mesures constitutionnelles et les troubles persistent. Carranza irrite les compagnies pétrolières étrangères en déclarant que le pétrole est une ressource naturelle mexicaine inaliénable et en imposant des taxes sur les champs pétrolifères ainsi que sur les contrats signés avant le 1er mai 1917. En 1920, trois généraux, Plutarco Elías Calles, Álvaro Obregón et Adolfo de La Huerta, se rebellent contre le président. Carranza est tué et Obregón accède au pouvoir.

"Mexique" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés

Emiliano Zapata
Emiliano Zapata. Encarta
Recherche personnalisée