Carnet Photographque : la roumanie
Histoire de l'Argentine : La dictature (1976-1983)
Carnet Photographique Argentine

La junte prononce la dissolution du Congrès, impose la loi martiale et gouverne par décrets. Une répression très dure s’engage alors contre les mouvements d’opposition et se manifeste par des exécutions, la pratique de la torture et des disparitions. En 1977, la Commission argentine des droits de l’homme, à Genève, accuse le régime de 2 300 assassinats politiques, quelque 10 000 arrestations et la disparition de 20 000 à 30 000 personnes, dont un grand nombre sont assassinées par la junte militaire et enterrées sans sépulture.

L’économie demeure chaotique. Videla est remplacé à la présidence, en mars 1981, par le maréchal Roberto Viola, lui-même destitué, en décembre 1981, par le commandant en chef de l’armée, le général Leopoldo Galtieri. En 1982, celui-ci ordonne aux troupes argentines d’envahir les îles Malouines, une possession britannique (appelées Islas Malvinas, en espagnol), revendiquée depuis longtemps par l’Argentine. Mais le Royaume-Uni envoie une force militaire d’intervention dans l’océan Atlantique Sud qui, au bout de trois mois, bat l’armée argentine et reprend possession des îles (voir conflit des Malouines). Galtieri, alors discrédité, est remplacé par le général de division Reynaldo Bignone.

"Argentine" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009 http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés

Jorge Rafael Videla
Jorge Rafael Videla. Encarta
Recherche personnalisée