Carnet Photographique la Malaisie
Le Paraguay de 1940 à nos jours : de la dictature à la démocratisation
Carnet Photographique Paraguay

Dès 1940, le pays connaît une alternance entre les libéraux (colorados) et les conservateurs (azules), à travers des régimes dictatoriaux et des juntes militaires. Le pouvoir passe successivement aux mains du général Higinio Moríñigo, de 1940 à 1948, de Federico Chaves, de 1949 à 1954 et à celles du général Alfredo Stroessner, soutenu par le parti Colorado, de 1954 à 1988. À partir de 1951, le pays connaît une grave crise économique, qu’une politique de dévaluation ne parvient pas à juguler ; cette situation entraîne la chute de Chaves, renversé par une junte militaire, et l’avènement du régime de Stroessner. Ce dernier gouverne grâce à l’article 79 de la Constitution qui donne un pouvoir discrétionnaire au président. Le général Stroessner instaure un pouvoir dictatorial, mate les forces d’opposition et rompt les relations diplomatiques avec Cuba, en 1960.

Dans les années 1970 et au début des années 1980, le Paraguay connaît une période marquée par une crise économique et une augmentation du chômage. Alfredo Stroessner est évincé du pouvoir lors d’un coup d’État, en février 1989, dirigé par le général Andrés Rodríguez, soutenu par le parti Colorado. Son gouvernement oriente sa politique vers de nombreuses réformes, tant dans le domaine économique, par le biais des privatisations, que dans le domaine politique, en menant le pays vers une démocratisation (ratification de la nouvelle Constitution en 1992). En politique extérieure, le Paraguay adhère au traité du Mercosur en mars 1992.

En mai 1993, Juan Carlos Wasmosy, candidat du parti Colorado, accède à la présidence avec la majorité des voix. Il est le premier président démocratiquement élu depuis cinquante ans. En avril 1996, le général Lino Cesar Oviedo tente de reprendre le pouvoir. Les pressions des pays voisins et des États-Unis font échouer le coup d’État. Le parti Colorado remporte les élections municipales de novembre 1996 montrant ainsi qu’il demeure toujours la première force politique du pays. Sur le plan économique, la situation ne s’améliore pas. La balance commerciale est déficitaire, et la situation sociale ne cesse de se dégrader. Le pays connaît plusieurs grèves générales en 1996-1997 et les conflits paysans au sujet de la terre continuent. L’élection présidentielle doit avoir lieu le 10 mai 1998.

Le général Oviedo est emprisonné au début du mois de février 1998 et condamné à dix ans de prison, accusé après sa tentative de coup d’État d’avril 1996 de « délits contre la sécurité des forces armées et de l’État, et d’insubordination ». Ce candidat a l’élection présidentielle, jugé peu démocratique, est donc écarté du paysage politique paraguayen et son parti Colorado le remplace à la candidature de la présidence par Raúl Cubas, qui est élu en mai 1998 avec plus de 53 p. 100 des suffrages.

En août 1998, Raúl Cubas, fait libérer Oviedo qui apparaît comme son mentor et qui jouit d’une grande popularité auprès des couches défavorisées. Le 23 mars 1999, le vice-président Luis Maria Argaña, opposant politique, est victime d’un attentat perpétré, selon ses partisans, par Oviedo et par Cubas lui-même. La crise politique qui en résulte oblige Cubas à démissionner le 28 mars. Le nouveau président par intérim Luis González Macchi est placé à la tête d’un gouvernement de coalition réunissant le parti Colorado, le parti libéral (PLRA) et le parti social-démocrate (PEN), alors que la situation économique subit les contrecoups de la crise financière qui affecte le Brésil à l’automne 1998. Une nouvelle tentative de putsch militaire échoue en mai 2000. Les années 2002 et 2003 sont marquées par de nombreuses manifestations contre les privatisations, et par l’instauration de l’état d’urgence au mois de juillet 2002.

En avril 2003, Nicanor Duarte Frutos, ancien ministre de l’Éducation et candidat du parti Colorado, remporte l’élection présidentielle avec 37,1 p. 100 des suffrages exprimés. Juriste, âgé de 46 ans, il doit faire face à une situation économique très difficile et à une profonde crise sociale, plus de 20 p. 100 de la population vivant au-dessous du seuil de pauvreté. Le même jour, l’élection des députés donne également la majorité des voix au parti Colorado. Bien que miné par la corruption, le parti Colorado domine une fois de plus la vie politique du Paraguay comme il

Nicanor Duarte
Nicanor Duarte
le fait depuis plus de cinquante ans, mais dans une moindre mesure. En effet le précédent président de la République avait été élu avec plus de 50 p. 100 des suffrages contre moins de 40 p. 100 cette fois. "Paraguay" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée