Carnet Photographique : le Canada
La Belgique aujourd'hui : Création de la fédération belge 1993
Carnet Photographique Belgique

Après la victoire des sociaux-chrétiens aux élections, Wilfried Martens démissionne de son poste de chef du parti, et son successeur, Jean-Luc Dehaene, forme un nouveau gouvernement de centre gauche en mars 1992. En ratifiant les traités de Maastricht (1992) et d’Amsterdam (1997) relatifs à l’Union européenne (UE), la Belgique se prononce en faveur d’une coopération économique et politique accrue en Europe. En 1999, la Belgique satisfait aux critères de convergence et fait partie des onze premiers pays européens adhérant à l’Union économique et monétaire (UEM).

 

La fédération de Belgique

En mai 1993, le processus de décentralisation de la Belgique prend fin et la nouvelle Constitution institue officiellement un pays fédéral composé de trois régions : la Région flamande, la Région wallonne et Bruxelles-Capitale. Les réformes constitutionnelles amènent un équilibre des pouvoirs entre les communautés : la Belgique est aujourd’hui un État à la fois fédéral, communautaire et régional, dans lequel les différentes sphères politiques et culturelles coexistent. Au roi Baudouin décédé le 31 juillet 1993 succède son frère, Albert II.

Néanmoins, l’édifice ainsi construit demeure fragile. Les « affaires », le financement caché des partis politiques, la corruption et les tensions entre Wallons et Flamands sur un fond de crise sociale persistante aggravent les fractures.

Pourtant, les élections du mois de mai 1995 sont remportées par la coalition des sociaux-chrétiens et des socialistes du Premier ministre, Jean-Luc Dehaene, qui est reconduit dans ses fonctions.

La crise de l’État belge demeure profonde : significatif à cet égard est ce sondage de janvier 1996 réalisé en Flandre, qui indique que 64 % des Flamands se sentent d’abord flamands contre 30 % se définissant en premier lieu comme belges. En même temps, 80 % d’entre eux déclarent vouloir plus d’autonomie pour la Flandre tandis que 70 % regrettent la Belgique d’antan. Du côté flamand, on interprète l’autonomie au sens le plus large, le partage des fonds publics pour la Sécurité sociale, jugé défavorable, est l’objet de nombreuses critiques ; du côté wallon, on estime qu’une scission ou une régionalisation du système social signifierait la fin de l’État belge. Le projet flamand de faire du royaume de Belgique une confédération dans laquelle la Flandre et la Wallonie verraient leurs compétences accrues,

Jean-Luc Dehaene
Jean-Luc Dehaene. Encarta
notamment en matière fiscale et financière, au détriment du gouvernement fédéral, ne reçoit pas d’écho favorable chez les francophones, qui craignent pour l’autonomie de la région Bruxelles-Capitale. "Belgique" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2009 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Recherche personnalisée