Carnet Photographique : le Canada
Balzac un historien
Carnet Photographique France

Le constant souci de parvenir à la synthèse par l'analyse, l'incessant va-et-vient du tout à la partie et de la partie au tout, ce sont là, déjà, méthodes d'historien. Que Balzac ait voulu se faire l'historien de son siècle, il l'a en mainte occasion proclamé. Il a « pour idée fixe », écrit-il dans la Préface de La Femme supérieure (devenu Les Employés), « de décrire la société dans son entier, telle qu'elle est » et même ajoute-t-il, il est « plus historien que romancier ». Dès la Préface du Dernier Chouan, il proclamait : « les choses parlent d'elles-mêmes et parlent [...] haut ». Faire parler les choses, faire parler l'histoire de son siècle, « la grande comédie de ce siècle », telle est son ambition.

 

Il veut appliquer à l'histoire récente, à la société présente les méthodes qu'il avait vu appliquer au passé médiéval par Walter Scott, lu par lui dès le printemps de 1820. Balzac trouve en effet chez le romancier la réponse à deux questions essentielles. La première : comment éviter de faire une histoire « sèche », une « peinture sèche des faits et gestes », une « nomenclature sèche » ? La seconde : quelle solution littéraire adopter pour qui veut « faire concurrence à l'état civil » dans un roman, dans une fiction ? Mieux encore que Scott ne l'avait fait, Balzac a cherché à « coordonner une histoire complète dont chaque chapitre eût été un roman ».

Balzac n'a pas pour autant entièrement négligé l'événementiel pour faire, en quelque sorte, une histoire des mentalités. Les références aux personnages historiques sont nombreuses. En tête, et de très loin, vient Napoléon. En second, Catherine de Médicis, pour ses mots : « Eh bien, nous irons au prêche », quand elle croyait perdue la bataille de Dreux ; pour sa devise : Odiate e aspettate ! (Haïssez et attendez !). Quant aux personnes réelles de la société contemporaine dont les personnages de Balzac seraient la copie conforme, s'il est légitime d'y songer souvent, on ne saurait les considérer comme des modèles absolus, et surtout pas comme des modèles uniques. On avait longtemps pensé que Nucingen était Rothschild, mais J. H. Donnard a démontré que les seuls points communs, c'était l'origine juive, le sens des affaires et l'accent tudesque, et que, pour le reste, si l'on devait trouver à Nucingen des modèles, il faudrait chercher du côté de Girardin, d'Ouvrard, de Laffitte et d'Humann.

De tous, un peu. Certes, ce n'est pas pure coïncidence que les prospectus du parfumeur Piver soient si exactement ceux de César Birotteau, comme l'a montré M. Ambrière-Fargeaud. Troublant le rapprochement entre le Des Lupeaulx de Balzac (Les Employés) et Lingay-Maisonnette, éminence grise de la Restauration et de la monarchie de Juillet, comme l'a montré A.-M. Meininger. Mais on peut préférer la démarche inverse : retrouver dans le monde réel la réplique de ceux que La Comédie humaine nous a si bien fait connaître..

Si Balzac est historien, c'est surtout parce qu'il a su recréer une évolution d'ensemble sur plus de deux générations. C'est aussi parce qu'il a su démonter les mécanismes d'une société et les remettre en mouvement dans sa société de fiction. Une dizaine de récits seulement se situent, pour l'essentiel, avant la Révolution. Ils appartiennent tous sauf un, Sarrasine, aux Études philosophiques. Ce sont donc surtout les Études de mœurs qui écrivent, pour reprendre la juste expression de George Sand, les « mémoires du demi-siècle ». Mémoires écrits, à quelques exceptions près, pendant la monarchie de Juillet. Aussi était-il intéressant d'établir, comme l'a fait Pierre Abraham, dans Créatures chez Balzac (1931), l'écart moyen qui sépare la date où les romans ont été écrits de la date où se situe l'action principale. Cette « distance » moyenne est de l'ordre de quinze ans, moyenne établie entre les romans présentant une distance de trente ans et plus et ceux dont l'action n'est pas antérieure de plus de trois ou quatre ans par rapport à la date de rédaction. Or on observe une tendance générale au raccourcissement de cette distance au fur et à mesure que l'œuvre de Balzac avance. Deux exemples : celui du Dernier chouan, ou la Bretagne en 1799 (premier titre des Chouans), écrit en 1828-1829, soit une distance de

Oeuvre de Balzac
Oeuvre de Balzac
trente ans ; celui des Parents pauvres (Cousine Bette et Cousin Pons), respectivement écrits en 1846 et 1846-1847, dont les actions se déroulent en 1844 et en 1846. L'historien du passé tend à laisser de plus en plus la place au témoin du présent, la conscience critique du mémorialiste à la transcription de plus en plus hallucinée d'un passé tout proche, encore brûlant. Universalis
Recherche personnalisée