Carnet Photographique infos Suède
L'art français : l'art baroque
Carnet Photographique France

Sous le règne de Louis XIV, la France jouit en Europe d'une influence politique et artistique sans précédent. Le Roi-Soleil, conscient de l’impact politique des arts, ordonne la construction d’un fastueux palais, symbole de sa puissance, sur le site du château de Versailles édifié quelques années auparavant par son père Louis XIII. Il emploie deux des architectes les plus talentueux de l'époque pour agrandir Versailles : dans un premier temps, Louis Le Vau (v. 1669), puis, à partir de 1678, Jules Hardouin-Mansart, petit-neveu de François Mansart, créateur de nombreux et élégants hôtels particuliers à Paris. L'expansion de Versailles, avec ses jardins à la française d'André Le Nôtre, donne naissance à un édifice dont la taille, la structure et la splendeur reflètent parfaitement l'autoritarisme centralisé du règne de Louis XIV.

Sous Louis XIV, la personnalité artistique dominante de la puissante Académie de peinture et de sculpture, fondée en 1648, est le peintre Charles Le Brun, grand admirateur de Nicolas Poussin. Sous la protection du ministre du roi, Jean-Baptiste Colbert, il exerce une fonction directoriale sur les arts français jusqu'à la mort de ce dernier en 1683. Le Brun produit des tableaux monumentaux, s'inspirant de sujets de la mythologie ou de l'histoire ancienne, mais aussi de l'histoire contemporaine, ce dernier genre étant souvent employé comme une forme de propagande royale. Le respect académique des canons classiques caractérise la sculpture de cette époque, comme le montre le travail d'Antoine Coysevox, qui travaille énormément pour Versailles et pour la cour. Le sculpteur marseillais Pierre Puget est plus original, mais son style baroque, peu apprécié par Colbert, lui vaut un faible succès.

Parmi ses œuvres, la puissante statue de Milon de Crotone (1671-1683, musée du Louvre), une représentation de l’athlète grec tué par un lion, est des plus remarquables.

De tous les peintres de grand talent de cette période, Georges de La Tour se signale par son individualisme. Volontairement en retrait du milieu artistique de Paris et de la cour, il réside toute sa vie en Lorraine. Ses grands tableaux nocturnes, aux rougeoyants effets de clair-obscur, en font l’un des successeurs les plus originaux du Caravage. Sa production restreinte témoigne d’une spiritualité profonde et mêle sujets religieux et peinture de genre, comme en témoigne son Adoration des bergers (1644-1645, musée du Louvre). Également influencés par le Caravage et son école, les trois frères Le Nain — Antoine, Louis et Mathieu — sont spécialisés dans les sujets de genre ; il est impossible de discerner avec certitude leurs travaux respectifs, car leurs tableaux sont rarement signés, et ceux qui le sont portent leur seul nom de famille.

Lenain peintre baroque
Peinture de Lenain. Photo E. Buchot
La mort de Colbert, en 1683, marque le déclin du long règne de Louis XIV et de la suprématie française en Europe. Des guerres coûteuses (notamment la guerre de Succession d'Espagne, 1701-1714) affaiblissent alors l'économie française et le statut de la France sur la scène internationale. "français, art" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2008
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés
Recherche personnalisée