Infos Chine par Carnet Photographique


Les principales villes chinoises

Carnet Photographique - Chine
5/10/15

Chine - une administration centralisée

L’administration locale chinoise s’articule autour de trois grands échelons. Le premier, immédiatement en dessous du gouvernement central, comprend 22 provinces (Shaanxi, Gansu, Qinghai, Hebei, Shanxi, Liaoning, Jilin, Heilongjiang, Shandong, Jiangsu, Zhejiang, Anhui, Jiangxi, Fujian, Henan, ubei, Hunan, Guangdong, Sichuan, Guizhou, Yunnan et Hainan), ainsi que Taïwan, revendiquée comme 23e province, 5 régions autonomes (Mongolie-Intérieure, Guangxi, Tibet, Ningxia, Xinjiang), établies entre 1947 et 1965, et 4 municipalités directement subordonnées à l’autorité centrale : Pékin (Beijing), Shanghai, Tianjin et Chongging. Quant au territoire de Hong Kong, il est doté, depuis son retour à la Chine (1er juillet 1997), d’un statut de région administrative spéciale. Le deuxième échelon comprend des préfectures (appelées parfois départements), des districts et des municipalités. Le troisième est celui des cantons et des bourgs.


Les grandes villes chinoises

Malgré une forte croissance urbaine depuis la fin des années 1970, la Chine reste un pays encore faiblement urbanisé (taux d’urbanisation : 41 p. 100 en 2005 contre 22,5 p. 100 en 1985 et seulement 17,3 p. 100 en 1975). Pendant longtemps en effet, le gouvernement chinois a souhaité limiter le développement des villes en fixant les populations dans les campagnes. L’exode rural spontané fut interdit à partir des années 1950 en raison du manque d’emplois productifs disponibles en ville. Mao Zedong estimait, en outre, que la distinction de classes entre citadins et ruraux constituait l’une des causes majeures de l’inégalité sociale en Chine.

Le palais impérial à Pékin
Le palais impérial de Pékin. Source Encarta
Au cours des années 1960-1970, le gouvernement envoya un grand nombre de jeunes citadins instruits dans les campagnes afin, notamment, de réduire l’attrait exercé par la ville sur les masses paysannes.

Ces mesures, qui ont donné lieu à des déportations massives de population (près de 30 millions de personnes), furent réduites après la mort de Mao en 1976, avant d’être abandonnées en 1978. Depuis, l’exode rural a repris de plus belle. Cependant, et malgré une industrialisation rapide, la Chine reste une nation agricole et rurale (59 p. 100 de la population). En 1995, 40 villes chinoises avaient une population de plus de 1 million d’habitants. La plupart sont d’importants centres industriels et commerciaux. Shanghai, qui comptait une agglomération de 12,8 millions d'habitants en 2003, est la plus grande ville du pays, le premier port de Chine et la sixième métropole la plus peuplée du monde. Pékin, capitale politique du pays, est, avec son agglomération de 10,8 millions d'habitants (2003), la deuxième ville de Chine et la huitième métropole du monde.

Viennent ensuite, toujours avec leur agglomération, Tianjin (9,27 millions d'habitants en 2003), avant-port de Pékin, au confluent de la Huai et du Grand Canal ; Shenyang (4,88 millions d'habitants en 2003) ; Wuhan (5,65 millions d'habitants en 2003), port fluvial au confluent du Han shui et du Yang-tseu-kiang ; Canton (3,89 millions d'habitants en 2003), grand port maritime situé à l’embouchure du Zhu Jiang ; Chongqing (4,85 millions d'habitants en 2003) ; Chengdu (3,40 millions d'habitants en 2003) ; Xi'an (3,20 millions d’habitants en 2003) ; Jinan (2,62 millions d'habitants) ; Changchun (3,01 millions d'habitants en 2003) ; Nankin (2,78 millions d'habitants en 2003). © "Chine" Sources utilisées Encarta et lemonde.


Photos des villes et pays visités