Carnet photographique Tunis en Tunisie
Canada


Histoire de la Tunisie - protectorat et indépendance

La Tunisie par Carnet Photographique
6/10/15

La Tunisie - une grande histoire

Histoire de la Tunisie avec l'époque du protectorat français et l'indépendance de la Tunisie.


Le protectorat français

En 1830, la France conquiert et annexe l’Algérie. En 1869, l’État tunisien, ruiné, doit accepter l’instauration d’une commission de contrôle financière, au sein de laquelle siègent l’Italie et la Grande-Bretagne, sous la présidence de la France. Le pays est, de fait, sous la tutelle occidentale. Au congrès de Berlin, en 1878, la Tunisie fait l’objet de tractations entre les puissances européennes : la France se voit donner toute latitude pour coloniser le pays ; elle reconnaît en échange la domination britannique sur Chypre. L’Italie, présente en Libye, convoite cependant toujours la Tunisie. Prenant leur rivale de vitesse, les troupes françaises interviennent à partir de l’Algérie, sous prétexte de mater la rébellion des tribus kroumirs, des Berbères des hauts plateaux, accusées de pénétrer sur le territoire algérien.

Carthage avec l'encyclopédie Encarta
Le 12 mai 1881, le bey signe le traité du Bardo, qui reconnaît l’établissement du protectorat français en Tunisie : les affaires étrangères et la défense de la régence passent sous le contrôle de la France. Le traité est complété par la convention de la Marsa, signée par les deux pays en 1883.

Le protectorat est à l’origine de profonds changements politiques et sociaux, quoique le régime tunisien se soit occidentalisé dès 1861 avec l’adoption d’une Constitution. À partir de 1884, un résident général français gouverne le pays, dont le bey demeure le souverain nominal. Un nombre significatif de colons s’établissent dans la région côtière du nord du pays, occupant les fonctions administratives et dirigeant les entreprises. Influencés par le mouvement nationaliste et moderniste des Jeunes-Turcs et par le nationalisme arabe, et sensibilisés aux idéaux démocratiques européens, des représentants de l’élite s’organisent. En 1907 est fondé le parti des Jeunes-Tunisiens que les autorités françaises parviennent d’abord à étouffer. De 1914 à 1921, le pays est placé sous état d’urgence, la presse anticolonialiste interdite.

De nombreux dirigeants nationalistes sont arrêtés. Toutefois, en 1920, plusieurs groupes nationalistes s’unissent pour former le Destour (Constitution), qui prône de profondes réformes démocratiques. En 1934, une scission provoque la création du Néo-Destour, dirigé par Habib Bourguiba. Ce mouvement regroupe les nationalistes favorables à une ouverture sur l’Occident. Les deux mouvements sont interdits en 1938, après des émeutes à Tunis. Bourguiba est incarcéré durant cinq ans.


L'indépendance de la Tunisie
Bourguiba lors de l'indépendance

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Tunisie joue un rôle important dans les opérations militaires menées par les Alliés contre les puissances de l’Axe. Après qu’en novembre 1942 les forces alliées ont débarqué en Algérie et au Maroc, les armées allemandes occupent le pays. Au terme de plusieurs mois de combats, les forces alliées repoussent les troupes ennemies jusqu’à la presqu’île du cap Bon. Le 12 mai 1943, les Allemands capitulent. Cette reddition signifie la défaite finale des puissances de l’Axe en Afrique du Nord. Le 15 mai, les Alliés transfèrent l’autorité en Tunisie à la France libre. Sans attendre, les autorités françaises procèdent à l’arrestation de centaines de sympathisants nationalistes, qui ont cru trouver des alliés à leur lutte dans les puissances de l’Axe, et déposent le bey régnant, Moncef Bey, jugé pro-allemand, pour le remplacer par Lamine Bey.

Bourguiba
Cette intervention française suscite un profond ressentiment au sein de la population tunisienne, qui a dans sa majorité, de même que les nationalistes, soutenu la reconquête alliée.


L'indépendance Tunisie (suite)

En 1945, le général de Gaulle propose à la Tunisie le statut d’État associé au sein de l’Union française. Cependant, Bourguiba, de retour au pays en 1949, intensifie sa campagne pour l’indépendance de la Tunisie, en s’appuyant notamment sur l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), dirigée par Ferhat Hached. En 1952, la lutte pour l’indépendance prend un nouveau tour après les arrestations de Bourguiba et des chefs nationalistes et la dissolution forcée du gouvernement Chenik, qui s’est ouvert au Néo-Destour et a élaboré un mémorandum sur l’autonomie interne. Les indépendantistes prennent les armes contre le colonisateur tandis qu’à l’opposé, l’organisation « la Main rouge », créée par des colons extrémistes, lance une campagne terroriste contre les nationalistes, dont l’une des premières victimes est Ferhat Hached. Émeutes populaires antifrançaises, attentats nationalistes et antinationalistes, tentatives de réformes proposées par les Français se succèdent, menant la Tunisie au bord de la guerre. Le 31 juillet, Pierre Mendès France, nouveau président du Conseil français, se rend lui-même dans le pays et promet, dans un discours prononcé à Carthage, l’autonomie interne. Bourguiba, qui est invité à participer aux négociations, juge cette déclaration acceptable et les émeutes stoppent. Le 3 juin 1955, le Premier ministre tunisien Tahar ben Amar et le successeur de Mendès France, Edgar Faure, signent une série de conventions consacrant l’autonomie tunisienne. Le 17 septembre, pour la première fois en 74 ans, est installé à Tunis un gouvernement composé exclusivement de Tunisiens.

Le 20 mars 1956, un nouvel accord abroge le traité du Bardo de 1881 et reconnaît la Tunisie comme une monarchie constitutionnelle entièrement souveraine. Les premières élections législatives de l’histoire tunisienne, organisées le 25 mars, donnent une large victoire au Néo-Destour. Le 8 avril, Habib Bourguiba est élu président de la première Assemblée nationale tunisienne ; le 11 avril, il est nommé Premier ministre. L’Assemblée adopte une Constitution transférant au peuple tunisien les pouvoirs législatifs. Le 12 novembre 1956, la Tunisie est admise aux Nations unies. "Tunisie" © Sources utilisées : Encarta et Wikipedia.