Combien d'habitants en Chine ?


Depuis la proclamation de la République populaire, le pays a connu trois recensements de population : il y avait ainsi 582,6 millions d’habitants en 1953, 1 milliard en 1982 et 1,15 milliards d'habitants en 1990. En 2011, le pays, avec une population estimée à 1,334 milliards d'habitants (environ 21 p. 100 de la population mondiale), est le plus peuplé de la planète.

Depuis le début des années 1970, les autorités chinoises ont lancé une politique de contrôle des naissances, avec pour objectif une stabilisation de la population à 1,37 milliard d’habitants en l’an 2015. Depuis le recensement de 1982, le taux de croissance de la population a ainsi connu une diminution spectaculaire. Noter que depuis peu, la politique de l'enfant unique est abandonnée. La population devrait donc réaugmenter.

La croissance démographique chinoise


Chinoise

Habitante chinoise
Habitante chinoise. Photo E. Buchot

La Chine a connu, dans la seconde moitié du xxe siècle, une transition démographique accélérée. La première phase, amorcée au début des années 1950, s’est traduite par une explosion démographique. Entre les recensements de 1953 et de 1990, la population a doublé (+ 615 millions habitants), malgré la crise démographique dite des « années noires » (1959-1961), ayant provoqué un déficit de naissances évalué à 60 millions d’individus. L’indice synthétique de fécondité était alors entre 5 et 6 enfants par femme (5,8 en 1970). L’entrée dans la deuxième phase de la transition démographique, marquée en Chine par une baisse rapide de la fécondité, s’est amorcée vers la fin des années 1970. L’indice de fécondité est tombé à 3,26 entre 1975 et 1980 puis à 2,4 entre 1985 et 1990. Il s’élevait, en 2007, à 1,75 enfant par femme. Le taux d’accroissement naturel, de l’ordre de 2 à 3 p. 100 par an durant la première phase de la transition démographique (2,6 p. 100 en 1969), est retombé à 1,1 p. 100 par an entre 1990 et 1995. Il est estimé à 1,02 p. 100 pour la période 1995-2000. Le taux de natalité est passé de 45 p. 1 000 en 1953 à 21 p. 1 000 en 1990, pour atteindre 13,40 p. 1 000 en 2007.

Dans le même temps, le taux de mortalité serait tombé de 22,5 p. 1 000 à 7 p. 1 000. Cette faible mortalité s’explique par la jeunesse actuelle de la population. En 2007, 25,8 p. 100 de la population chinoise avaient moins de 15 ans, 67,6 p. 100 entre 15 et 65 ans et 7,9 p. 100 (2007), seulement, plus de 65 ans. La population est masculine à 51,48 p. 100.

Grâce aux progrès de la médecine et au développement des soins (0,94 médecin pour 1 000 Chinois contre 0,71 en 1975), notamment en milieu rural (« médecins aux pieds nus »), l’espérance de vie à la naissance, de l’ordre de 35-40 ans au début des années 1950, a fortement augmenté et atteint désormais 72,9 ans (2007). Ce phénomène, conjugué au régime de basse natalité, devrait entraîner un vieillissement progressif de la population, sans doute l’un des grands problèmes auxquels sera confrontée la Chine du xxie siècle. Les inégalités sont toutefois très fortes selon les provinces (jusqu’à 12 ans d’écart).

Ralentissement de la croissance démographique


Image de la jeunesse chinoise
Image de la jeunesse chinoise. Photo E. Buchot

Le très net ralentissement de la croissance démographique est le résultat de la politique de limitation des naissances développée par les autorités chinoises à partir du début des années 1970. Celle-ci prit une tournure fortement incitative et contraignante en 1979 avec la politique de l’« enfant unique ». En septembre 1982, la direction du Parti communiste chinois annonça que la nation devait limiter sa population à 1,2 milliard d’habitants pour la fin du siècle, et que cet objectif nécessitait une intensification des efforts de contrôle démographique. Ce chiffre, déjà dépassé en 1994, a dû être révisé à la hausse et il apparaît que la population chinoise ne devrait réellement se stabiliser qu’aux alentours de 2050. Les politiques antinatalistes s’accompagnèrent d’un renforcement continu des services de santé publique, chargés de l’information sur le contrôle des naissances et de la distribution gratuite ou à faible prix de moyens contraceptifs. En 1984, on estimait à 24 millions le nombre de couples s’étant engagés à ne pas avoir plus d’un enfant. La limitation de la natalité est aujourd’hui entrée dans les mœurs. La contraception est largement diffusée : près de 90 p. 100 des femmes mariées en âge de fécondité y ont désormais recours. L’élévation de l’âge du mariage (22-23 ans, l’âge légal étant de 20 ans) et la légalisation de l’avortement ont également joué un rôle important dans la baisse de la fécondité.

Toutefois, la politique de l’enfant unique se heurte à de nombreuses résistances, notamment dans les campagnes où l’immense majorité des Chinois restent pauvres et peu informés.

De fortes pressions sociales s’exercent sur les femmes ayant déjà au moins un enfant pour qu’elles interrompent leur grossesse. Un des effets de la libéralisation des mœurs et de l’évolution économique de la Chine est l’augmentation du nombre de divorces ; le taux de divorces est passé de 0,35 en 1980 à 1,5 p. 100 en 1995.© "Chine" E. BUCHOT Sources utilisées Encarta et lemonde.

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos pays

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos pays

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos pays

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos pays

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos pays

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos pays

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos pays

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos pays