Carnet Photographique

La Pologne dans les années 40 - 50


Władysław Gomułka
Władysław Gomułka

Le poids des socialistes et des communistes au sein du gouvernement s’accroît de façon continue au cours des années 1946 et 1947. Lors des élections législatives de 1947, dénoncées comme non démocratiques par les États-Unis, la coalition des deux partis emporte plus de 85 % des voix.

À partir de septembre 1948, le Parti ouvrier polonais exclut des milliers de prétendus « communistes nationalistes », qui sont accusés d’approuver la défiance de la Yougoslavie de Tito vis-à-vis de l’Union soviétique. Parmi ceux qui sont alors emprisonnés se trouve Władysław Gomułka, secrétaire général du parti et premier vice-Premier ministre. En décembre, les socialistes et les communistes fusionnent pour former le Parti ouvrier unifié (POUP), dominé par les communistes staliniens. En 1949, le maréchal soviétique Konstantine Rokossovsky est nommé à la tête des forces armées polonaises. Dès lors, la Pologne apparaît comme l’un des plus fidèles satellites de l’Union soviétique.

Les dirigeants communistes pro-soviétiques tentent alors de fixer à la Pologne des objectifs industriels et économiques conformes au système économique et social de l’Union soviétique. Mais l’effort de collectivisation de l’agriculture est un échec, et est abandonné par la suite. À la suite de l’excommunication de tous les communistes par le Vatican en 1949, le gouvernement polonais confisque de nombreuses propriétés de l’Église, ordonne la fermeture des établissements scolaires confessionnels et met sur pied une organisation de la jeunesse pour contrecarrer l’influence de l’Église.

Dans les années 1950, le gouvernement s’arroge le droit de superviser la nomination des prêtres, qui doivent tous lui prêter serment de fidélité. Le cardinal Stefan Wyszyński, archevêque de Varsovie et de Gniezno, s’oppose à cette mesure ; il est suspendu de ses fonctions et incarcéré en 1953. Au cours de l’après-guerre, la Pologne devient un membre actif du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM) et du pacte de Varsovie, deux organisations dominées par l’Union soviétique. En 1952, la Pologne adopte une Constitution calquée sur celle de l’Union soviétique mais reconnaissant explicitement certains droits à la propriété privée.

Au cours de la libéralisation qui suit la mort de Staline en 1953, des artistes, des intellectuels, des étudiants et des ouvriers polonais élèvent la voix pour exiger des réformes gouvernementales et une plus grande liberté du pays par rapport à l’Union soviétique. En juin 1956, des ouvriers organisent une grève et des manifestations de grande ampleur à Poznań ; la répression fait 53 morts et plusieurs centaines de blessés. Les condamnations prononcées à l’encontre des responsables des manifestations sont assez légères. En octobre, Gomułka, qui a été réintégré dans le parti, est nommé Premier secrétaire.

Il jouit d’un vaste soutien populaire. Rokossovsky et d’autres hauts responsables staliniens sont démis de leurs fonctions et le cardinal Wyszyński est libéré. Gomułka devient la figure dominante de la Pologne. Il louvoie prudemment entre les sentiments pro-soviétiques et les sentiments nationalistes, et introduit des réformes politiques modérées. Lors des élections de 1957, les listes électorales comportent quelques candidats non communistes ou indépendants ; de plus, le nombre de candidats dépasse le double du nombre de sièges à pourvoir. Mais, au début des années 1960, Gomułka, qui a resserré l’emprise du parti sur la Pologne, met fin à la plupart des réformes.

Au printemps 1968, le mécontentement populaire se fait jour une nouvelle fois en Pologne, alors que le gouvernement répond par une répression sévère aux exigences de liberté d’expression formulées par les étudiants et les artistes. Les manifestations estudiantines commencent à Varsovie en mars, à l’université comme dans l’enseignement technique supérieur, et s’étendent rapidement aux universités de Poznań, Lublin et Cracovie. Les étudiants réclament des réformes libérales semblables à celles consenties par les autorités tchécoslovaques. Pour étouffer la contestation, le gouvernement lance une campagne antisémite. Des centaines de juifs et de réformateurs sont démis de leurs fonctions au sein du gouvernement, du parti, de l’Université et des journaux, et nombre d’entre eux quittent le pays pour l’Ouest ou Israël. Au cours des conférences qui ont lieu à Varsovie en juin et à Bratislava (Tchécoslovaquie) en août 1968, les puissances du pacte de Varsovie condamnent les réformes politiques et culturelles mises en œuvre en Tchécoslovaquie, dans le contexte du Printemps de Prague. Le 20 août, la Pologne prend part à l’invasion de la Tchécoslovaquie menée par les forces du pacte de Varsovie sous la direction des Soviétiques, en envoyant un contingent estimé à 45 000 hommes. "Pologne" ©

Photos des pays d'Europe à visiter

Photos de Turquie

La Turquie

Photos Infos pays

Photos de l'Autriche

L'Autriche

Photos Infos pays

Images de Pologne

Photos Pologne

Photos Infos pays

Photos de la République Tchèque

Photos Tchèquie

Photos Infos pays

Photos Hongrie

Voyage en Hongrie

Photos Infos pays

Photos d'Espagne

Photos Espagne

Photos Infos pays

L'Ecosse

Photos Ecosse

Photos Infos pays

Photos de Croatie

Croatie

Photos Infos pays

Photos d'Allemagne

Allemagne

Photos Infos pays

Photos du Portugal

Portugal

Photos Infos pays

Photos de Grèce

Photos de Grèce

Photos Infos Grèce

Images de Suède

Images Suède

Photos Infos Suède

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos pays

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos pays

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos pays

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos pays

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos pays

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos pays

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos pays

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos pays

Photos des pays d'Afrique à visiter

Photos du Maroc

Le Maroc

Photos Infos pays

Photos de la Tunisie

Photos de la Tunisie

Photos Infos pays

Infos site