Thailande
       


Population et démographie de la Thailande

Carnet Photographie - Thailande
2/01/17

Nombre d'habitants en Thailande

Bangkok est la capitale, le premier port et la plus grande ville du pays avec une population (banlieue comprise) estimée à 6 320 174 habitants en 2000. Parmi les autres villes importantes figurent Chiang Mai (167 776 habitants), la plus grande ville du nord de la Thaïlande ; Songkhla (288 000 habitants) située dans la péninsule malaise ; et Nakhon Si Thammarat (118 000 habitants) qui se trouve également dans la péninsule malaise.

Démographie thailandaise

80 p. 100 des Thaïlandais sont des Thaïs, un ensemble de peuples originaires du sud-ouest de la Chine et qui se seraient déplacés vers l’Asie du Sud-Est au début du Ier millénaire apr. J.-C. On distingue généralement les Thaïs vrais, qui habitent dans le centre du pays, des Laos qui vivent dans le Nord et l’Est. Les Thaïs représentent environ 53 p. 100 de la population et les Laos 27 p. 100. Les Chinois constituent la minorité la plus importante de la Thaïlande. Ils représentent environ 12 p. 100 de la population totale. Parmi les autres minorités figurent les musulmans malais qui vivent dans le Sud, les « tribus » montagnardes du Nord et les réfugiés vietnamiens et cambodgiens (Khmers). 68 p. 100 de la population thaïlandaise vit dans les campagnes.

En 2013, la Thaïlande comptait 67 millions d'habitants, soit une densité de population d’environ 126 habitants au km². La population n’est pas uniformément répartie et se concentre principalement dans le centre du pays.

Langue et religion en Thailande

Le thaï, qui appartient à la famille des langues sino-tibétaines, est la première langue du pays (voir Langues sino-tibétaines). Il existe quatre dialectes régionaux. Le laotien, le chinois, le môn-khmer et le malais sont également parlés en Thaïlande. L’anglais est enseigné dans certaines écoles et dans les collèges d’enseignement secondaire ; il est également utilisé pour le commerce et la diplomatie. Le bouddhisme est la première religion de la Thaïlande. Au sommet de la hiérarchie bouddhiste se trouve le patriarche suprême qui fait généralement partie de la famille royale. Environ 95 p. 100 des Thaïlandais sont bouddhistes et le pays compte quelque 18 000 temples bouddhiques et 140 000 prêtres bouddhistes. Les musulmans, qui vivent pour la plupart dans la région située au nord de la Malaisie, représentent 4 p. 100 de la population. Le pays compte également de petites communautés chrétiennes et hindouistes.



La culture thailandaise

La Thaïlande présente la particularité — parmi les autres pays de l’Asie du Sud-Est — de n’avoir jamais été colonisée. Aucune culture unique n’a jamais dominé l’ensemble du territoire. La période de Sukhothaï (1238-1378) fut la plus féconde sur le plan culturel, dans la mesure où c’est à cette époque que les Thaïs ont intégré à leur culture des éléments empruntés aux diverses civilisations, indienne et chinoise par exemple, avec lesquelles ils étaient alors en contact.
La littérature thaïlandaise classique repose sur la tradition et l’histoire. Le Ramakien, version thaïlandaise du Ramayana, grand poème épique hindou, est un classique et l’une des sources de l’art et de la musique thaïlandais. La littérature moderne s’apparente au style occidental et la Thaïlande compte de nombreuses romancières parmi ses auteurs de romans populaires. Parmi les œuvres architecturales les plus célèbres de la Thaïlande figurent les wats, c’est-à-dire les monastères bouddhiques de Bangkok. La sculpture thaïlandaise, qui remonte au xive siècle, s’est formée à partir d’éléments chinois, birmans, hindous et khmers. C’est dans les temples et les statues de Bouddha qu’elle est le mieux représentée. 
La musique thaïlandaise est extrêmement complexe et accompagne généralement les pièces de théâtre. La danse est tout aussi élaborée. Elle s’inspire des danses indiennes et se caractérise par les jeux de bras et les balancements du corps qui accompagnent un récit. Le moindre mouvement a sa signification et trouve sa place dans le déroulement de l’histoire. Les artistes sont revêtus de costumes et de coiffes élaborés. Ecrit par et Encarta