L'Afrique par Carnet Photographique


Population et démographie en Afrique

Carnet Photographie - Afrique
21/09/15

Dans la partie septentrionale du continent, y compris au Sahara, les Berbères et les Arabes sont devenus majoritaires. Au sud du Sahara, les Noirs sont les plus nombreux ; ils constituent plus de 70 p. 100 de la population du continent. Quelques groupes de Khoisans, les Bochimans et les Hottentots, subsistent dans le sud de l’Afrique. Les Pygmées habitent le bassin du Congo. On recense quelque 5 millions d’habitants d’origine européenne, principalement dans le sud de l’Afrique, et de nombreux expatriés temporaires. Une population indienne d’environ 1 million de personnes vit du commerce dans les villes d’Afrique orientale et en Afrique du Sud.

Population et démographie africaine

Bien que l’Afrique constitue un cinquième de la totalité de la surface terrestre, elle ne représente que 12,6 p. 100 de la population mondiale. En 2004, on estimait la population totale du continent à 855 millions d’habitants. La densité moyenne de 28,5 habitants au km2 représente à peine plus de la moitié de la moyenne mondiale. Cette statistique englobe de vastes étendues, comme les déserts du Sahara et du Kalahari, qui sont virtuellement inhabitées. Si l’on ne prend en compte que la population vivant sur les terres arables ou productives, la densité moyenne atteint 139 habitants au kilomètre carré. Les régions les plus densément peuplées du continent se situent le long des côtes septentrionale et occidentale, dans les bassins du Nil, du Niger, du Congo et du Sénégal et dans la région des Grands Lacs.

Le Nigeria, avec ses 90 millions d’habitants, est le pays le plus peuplé d’Afrique, mais le Rwanda et le Burundi, qui comptent parmi les plus petits pays du continent, ont une densité supérieure à 250 habitants au kilomètre carré en zone de collines, une réalité qui est à l’origine des problèmes sociaux, économiques et politiques qui ensanglantent la région. Le taux de natalité en Afrique atteint 46 p. 1 000. Les progrès de la médecine depuis la Seconde Guerre mondiale entraînèrent une forte chute du taux de mortalité (17 p. 1 000 en moyenne). La population croît annuellement d’environ 2,9 p. 100. Toutefois, ces statistiques varient largement d’un pays à l’autre et suivant les régions. La pyramide des âges est très large à la base, et dans la plupart des pays d’Afrique, près de la moitié de la population est âgée de 15 ans et moins.


Population d'Afrique

À l’origine essentiellement rurale, la population africaine s’urbanise rapidement, notamment en Afrique du Nord. Les centres urbains attirent des foules d’émigrants des zones rurales qui s’installent comme résidents permanents ou comme travailleurs saisonniers. La croissance urbaine est particulièrement rapide depuis les années 1950. On estime que la moitié de la population africaine vivra dans des villes en l’an 2000. L’émigration saisonnière du Sahel (Mali, Burkina, Niger) s’effectue vers les ports du golfe de Guinée (Abidjan, Accra, Lagos). En Afrique centrale, les mines et les usines de Zambie, du Zimbabwe et de l’Afrique du Sud favorisent l’exode rural. Les habitants du nord de l’Afrique choisissent la France et, plus récemment, d’autres pays de l’Union européenne. Les guerres civiles qui ont éclaté dans plusieurs pays, ainsi que les sécheresses et les famines ont provoqué l’émigration massive de réfugiés (Rwanda, Liberia, Somalie).

La faune africaine

En ce qui concerne les reptiles, on trouve en Afrique lézards, crocodiles et tortues. Il existe plusieurs serpents venimeux dans toute la zone éthiopienne, dont le redoutable mamba. Parmi les serpents étouffant leur proie figurent les pythons, principalement en Afrique occidentale où ils sont l’objet d’un culte ; le boa constricteur est originaire de Madagascar.L’eau douce abonde en poissons. On recense plus de 2 000 espèces. Le continent présente une variété d’insectes nocifs, notamment les moustiques, les fourmis migratrices, les termites, les criquets migrateurs et les mouches tsé-tsé. Ces dernières transmettent la maladie du sommeil aux hommes et aux animaux, interdisant par exemple l’élevage des bovins en zones forestières. La mouche tsé-tsé a été l’un des obstacles majeurs à l’extension en zone forestière des grands empires de la savane fondés sur la cavalerie, et à son islamisation. © Ecrit par et Encarta

Photos des pays et villes visités