L'Irlande par Carnet Photographique


Pouvoir en Irlande - les partis politiques irlandais

Photos Irlande
21/09/15

Organisation des pouvoirs politiques irlandais

Aux termes de la Constitution de 1937, qui ne peut être modifiée sans l’approbation de la population, par voie référendaire, l’Irlande est une démocratie parlementaire.
Le chef de l’État est le président de la République, élu au suffrage universel direct pour un mandat de sept ans ; c’est une fonction essentiellement représentative.
Le Premier ministre, responsable devant la Chambre des représentants (Dáil), détient le pouvoir exécutif. Il est nommé par le président sur avis du Dáil. Les membres du gouvernement sont choisis par lui, après approbation des représentants du peuple, et nommés par le président de la République.

Pouvoir législatif en Irlande

Le Parlement irlandais est bicaméral. Le Dáil compte 166 représentants, élus pour cinq ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin proportionnel. Le Sénat (Seanad) est constitué de 60 membres, dont 11 sont nommés par le Premier ministre, 6 sont élus par des universitaires et 43 sont choisis au sein d’un collège électoral de quelque 900 représentants des collectivités locales, du monde du travail, de l’Administration, des services sociaux, du commerce et de l’industrie, ainsi que de la culture. Le Sénat vote les lois mais ne peut défaire un gouvernement.

Pouvoir judiciaire

Comme aux États-Unis, la Cour suprême, dont les juges sont nommés par le président de la République sur recommandation du gouvernement, est à la fois la plus haute instance judiciaire, qui juge en dernier recours des appels, et l’organe de contrôle de la constitutionnalité des lois. Elle est saisie, dans ce cas, par le président de la République. Les autres instances judiciaires sont la cour criminelle centrale, la chambre criminelle de la cour d’appel, les tribunaux de district et les tribunaux de circuit.



Les partis politiques irlandais

La vie politique irlandaise a longtemps été dominée par deux partis de droite dont l’opposition remontait à l’indépendance, en 1922 : le Fianna Fáil (« Guerriers de la destinée », 1926) et le Fine Gael (« Famille des Gaels », 1933). Fondé par Eamon De Valera, père de l’indépendance irlandaise, le Fianna Fáil représentait traditionnellement la petite bourgeoisie nationaliste, les classes moyennes et les petits fermiers. Plus modéré, le Fine Gael, parti de centre droite, recrutait davantage au sein de la grande bourgeoisie, des professions libérales et des gros agriculteurs. Ces clivages demeurent en grande partie valides.

Depuis le début des années 1930, tous les Premiers ministres appartiennent à l’un ou l’autre parti, mais une recomposition politique s’est amorcée depuis la fin des années 1980, avec une progression de la gauche. Cette recomposition a été marquée, en 1990, par l’élection à la présidence de la République de Mary Robinson, soutenue par le Parti travailliste (Labour Party) et la Gauche démocratique. La Gauche démocratique est une formation émanant d’un mouvement marxiste fondé dans les années 1970 par une partie du Sinn Féin, branche politique de l’Armée républicaine irlandaise (Irish Republican Army, IRA). Mais, en 1997, le centre droit revient au pouvoir avec Bertie Ahern comme Premier ministre et Mary Mac Aleese comme présidente de la République. © Ecrit par et Encarta

Photos des pays et villes visités