Histoire de France - Carnet Photographique


Histoire de France - Louis XV

Carnet photographique : France
14/04/13

La mort de Louis XIV

À la mort de Louis XIV en septembre 1715, Philippe d’Orléans assure la régence pour Louis XV, âgé de 5 ans. Jusqu’alors écarté du pouvoir et doté d’une réputation de « débauché », il semble tout désigné pour amorcer la réaction contre l’autoritarisme du règne précédent. Attaché à mener une politique de paix à l’extérieur, il met en place pour la gestion des affaires intérieures la polysynodie, système de gouvernement par conseils destiné à empêcher toute prise de décision abusive. Mais les rivalités internes ont raison de l’institution et la fin de la période est entachée par le scandale financier lié à la banqueroute du système bancaire de John Law (1720). Le Régent s’éteint en 1723 ; Louis XV est depuis peu majeur.


Le règne de Louis XV

Le duc Louis-Henri de Bourbon, cousin et rival du Régent, prend alors une place prépondérante dans la gestion du pays. Il fait annuler les fiançailles de Louis XV avec une jeune princesse espagnole et lui fait épouser Marie Leszczynska en 1725. Impopulaire, il est remplacé en 1726 par le cardinal de Fleury, ancien précepteur du roi, attaché à mener une politique de paix et d’équilibre. Les conséquences du mariage et les conflits dans lesquels est entraînée la France ne lui permettent pas de réussir son entreprise. Louis XV prend personnellement en main les affaires du royaume en 1743, après la mort du cardinal de Fleury. Fin, sensible et alors populaire — il est surnommé le Bien-Aimé de son vivant —, il se révèle plutôt velléitaire dans sa façon de gouverner, laissant à sa maîtresse officielle, Mme de Pompadour, des pouvoirs que jamais n’ont eus avant elle les favorites des rois.

Sans direction ferme, le gouvernement semble à la dérive ; les guerres, les pensions généreusement distribuées et le train de vie de la cour ont des répercussions désastreuses sur les finances de l’État.

Les conflits internationaux
Louis XV roi de France

En effet, sous le règne de Louis XV, la France participe à une série de conflits, actions qui ne sont pas sans répercussions sur la crise financière qui doit finalement emporter la monarchie à la fin du xviiie siècle.

Pour venir en aide à son beau-père Stanislas Ier Leszczynski, Louis XV est d’abord entraîné dans la guerre de la Succession de Pologne (1733-1735), conflit qui consacre la disparition de la Pologne en tant qu’État et donne à moyen terme la Lorraine à la France. Les armées françaises participent ensuite à la guerre de la Succession d’Autriche (1740-1748). Le traité d’Aix-la-Chapelle, qui y met un terme, laisse en fait de nombreux problèmes en suspens qui mènent au déclenchement de la guerre de Sept Ans (1756-1763). La France en sort affaiblie ; 200 000 hommes sont morts pour des enjeux qui n’intéressent pas les Français et, jusqu’en 1792, exception faite de l’achat de la Corse aux Génois (1768), le pays ne doit plus jouer qu’un rôle effacé sur la scène internationale, en regard de l’action de la Prusse, de l’Autriche et de la Russie.

Le traité de Paris (1763) qui conclut la guerre de Sept Ans est très mal ressenti par la population. Il consacre la victoire de l’Angleterre à laquelle la France cède ses possessions canadiennes, les territoires à l’est du Mississippi, tandis que la Louisiane revient aux Espagnols.

Louis XV roi de France
Si la Martinique, la Guadeloupe, Sainte-Lucie et la Guyane restent françaises, la Dominique, Grenade, les Grenadines, Saint-Vincent et Tobago deviennent anglaises.


Louis XV, un roi discrédité
La guerre de 7 ans

La politique intérieure de Louis XV commence également à créer des mécontentements. En 1743, le contrôleur général des Finances d’abord soutenu par le roi, Machault d’Arnouville, entreprend d’établir dans le royaume l’égalité devant l’impôt en demandant à tous les Français une contribution du vingtième de leurs revenus. La réaction du clergé, des états provinciaux et des parlements est si vive que Louis XV doit reculer, et devient alors très impopulaire auprès des non privilégiés.

Dans le même temps, la hardiesse et l’audace des parlements s’en trouvent renforcées ; critiquant ouvertement l’absolutisme, ces derniers réclament désormais un droit de contrôle sur le gouvernement. Même le duc de Choiseul, l’un des ministres les plus influents du roi, hésite à les affronter directement. C’est l’énergique Maupeou, nommé chancelier en 1768, qui réussit à mater leur opposition. En 1770, il brise la grève du Parlement de Paris en retirant leur charge aux parlementaires qui refusent de reprendre le travail et en les exilant. Il fait ensuite abolir la vénalité des charges judiciaires :

La guerre de 7 ans
es juges sont désormais des fonctionnaires, payés par l’État. L’opposition de la noblesse de robe a donc été assez facilement canalisée, mais la situation financière est catastrophique et la royauté est tombée dans un tel discrédit qu’à la mort de Louis XV, en 1774, son entourage n’ose pas organiser des funérailles publiques et conduit secrètement sa dépouille à la basilique de Saint-Denis. © "Louis XIV" par Sources Encarta et Wikipedia.
Photos des pays et villes visités